Capricieuse

« Je vous préviens, monsieur, que je suis très capricieuse. Je suis même infernale. Moi-même, je ne supporterais pas mes caprices. »

« Ah bon, ça vous prend fréquemment ? »

« Oui, souvent. La plupart du temps, j’aime bien faire un caprice quand personne ne s’y attend. C’est encore plus embêtant pour les autres. »

« Donnez-moi donc un exemple. »

« J’exige par exemple de mon conjoint une glace à la pistache en plein hiver, alors que je sais qu’il est très difficile de trouver un glacier au mois de décembre. »

« Et si on ne trouve pas ? »

« C’est la rupture immédiate. Et hop ! Et je prends le prochain sur la liste. »

« Et s’il n’y a plus personne sur la liste ? »

« Monsieur ! Vous m’insultez ! Il y a toujours quelqu’un sur ma liste. N’oublions pas que je suis d’un charme époustouflant ! »

« Vous avez un autre exemple ? »

« Bien sûr ! J’exige que mon soupirant m’achète une nouvelle voiture et qu’elle me soit livrée immédiatement. Tous frais payés, évidemment. »

« Ça, c’est relativement facile. Il suffit d’être fortuné. »

« Facile ? Quand l’envie me prend à deux heures du matin, allez donc trouver une concession ouverte, prête à vendre un modèle ! »

« Et si on ne trouve pas un garagiste noctambule ? »

« Je crie, je pleure, je tape du pied, j’ameute le quartier. C’est très gênant pour mon soupirant qui est en plein désarroi et qui est déjà en train de préparer ses valises. »

« Il a des excuses. Acheter une voiture en pleine nuit, ce n’est pas facile. »

« Quand je demande quelque chose, je n’ai pas à considérer si c’est facile ou pas. Mes ordres doivent être exécutés sans mot dire. »

« Vous êtes un cas pathologique. Vous avez pensé à consulter ? »

« Oui, mais non. Les psys ne comprennent rien. Ils me disent qu’il faut que je sorte de l’enfance. Comme si j’étais un bébé ! »

« Il reste que vous faites exprès d’exploiter vos soupirants à un point parfaitement odieux. »

« Et alors, si ça marche ? »

« Je vous accorde que le problème, ce n’est pas tellement vos caprices, c’est que vous trouviez des nigauds pour les satisfaire ! »

« C’est vrai qu’en général, je ne les trouve pas très intelligents. J’ai une idée : pour sélectionner mes soupirants, je vais exiger un niveau culturel acceptable. Pour être sûre, je les réveillerai en pleine nuit pour qu’ils me recitent du Verlaine ou du Shakespeare. Ce sera top délire ! »

Laisser un commentaire