Archive pour la catégorie 'Non classé'

Des goûts et des couleurs

14 septembre, 2021

« Moi, j’aime les couleurs pastel. »

« Non, moi, ce sont les couleurs vives qui me plaisent. »

« Les couleurs pastel évoquent la douceur, la tendresse. C’est très agréable. Les couleurs très franches, moi ça me rappelle un arbre de Noël. »

« C’est deux conceptions de la vie : le pastel, c’est la poésie et les couleurs franches, c’est la vie dans ce qu’elle a de plus factuel. »

« Tout de même le pastel, ça correspond mieux à la sensibilité de l’artiste. »

« Heureusement que Monet et Van Gogh n’étendent pas ça. »

« Bon d’accord, c’était de grands artistes. Nous pourrions dire que chaque grand peintre utilise la matière qui convient le mieux à son expression. »

« Les couleurs constituent un monde étonnant. Entre le blanc et le noir, il existe une multitude de possibilités. »

« Et même en mélangeant noir et blanc, on a pu constater qu’il y a au moins une cinquantaine de nuances de gris. »

« Il faudrait que les hommes en tirent des conclusions. En mélangeant habilement plusieurs des tempéraments de  plusieurs couleurs, on peut obtenir des résultats brillants ! »

« Oui, mais ils ne sont pas raisonnables : il y a toujours un qui veut imprimer sa marque plus que les autres, si bien qu’on aboutit souvent quelque chose de monocolore ! »

« Cultivons la nuance ! Par exemple, je ne vous aime pas tellement, mais je reconnais que vous avez des conversations intéressantes. Vous ne vous contentez pas de me raconter votre week-end dont je me fiche complètement. »

« J’en conclus que vous appréciez cet aspect de ma personnalité, malgré votre détestation. »

« Tout à fait, je tiens à mon esprit d’ouverture, mais sans aller jusqu’à la compromission. Si vous êtes le bleu et moi le jaune, nous pourrions aller vers le vert tendre. »

« Voilà qui tombe bien, j’aime bien le vert. Donc, je ne vous aime pas non plus, mais je respecte votre esprit de répartie. »

« Si tout le monde était comme nous, il y aurait moins d’agressivité. Le bleu n’aurait pas pour seul objectif de casser la figure au jaune. Ou vice-versa. »

« Certes, mais cette harmonie des couleurs n’est pas possible avec n’importe qui. Par exemple, Dugenou et Martin sont des couleurs qui ne vont pas ensemble. Ils veulent tous les deux le même poste de direction. Je ne vous dis pas la castagne. »

« Finalement pour bien s’entendre, il faut avoir un tempérament proche ou alors complètement opposé, c’est-à-dire complémentaire ».

« Par exemple, dans mon couple, Thérèse est verte et moi je suis rouge, ça marche bien. »

« Moi, je suis vert et Josiane violette, c’est pour ça que nous allons passer nos vacances dans le Périgord chez sa mère, alors que j’aime tant la montagne. »

« Essayez de glisser vers le vert jaune, puis le jaune… »

Vive le vent !

13 septembre, 2021

Devant l’église,

Dans le Morvan.

Yvan vend

Autant

De vent.

Qu’Elise

A Pise

Et Lise

Qui vend une bise.

Une belle rencontre

6 septembre, 2021

« Puis-je vous inviter au restaurant, mademoiselle ? »

« Pourquoi, vous ne savez pas faire la cuisine ? Ça commence mal ! »

« C’est-à-dire que pour une première rencontre, c’est quelque chose qui se fait. Un petit restau, puis un petit ciné, vous voyez le genre ! »

« Ce n’est pas pour mégoter, mais un « petit » restau, ça ne fait pas envie. Pour la première rencontre, j’aimerais bien un restaurant 5 étoiles, si ça ne vous dérange pas. »

« Mais tout à fait ! J’allais vous le proposer ! »

« Il faudra aussi que vous ayez un smoking potable. Je n’ai pas envie de me taper la honte en dinant avec un mec en haillons ! »

« Je vais de ce pas louer un smoking ! »

« Ah bon, un smoking loué ! Je n’aime pas trop, ça sent le réchauffé. Enfin, bref !  J’aimerais arriver au restaurant en voiture de luxe. Il parait que la Bentley Mulsanne de la reine d’Angleterre est à vendre. Qu’est-ce que vous attendez ? »

« La Mégane de ma charcutière ne pourrait pas faire l’affaire ? »

« Non, les sièges froisseraient ma robe de soirée. Je voudrais également un chauffeur. Je n’ai pas envie de vous entendre pester conte la circulation. »

« Et après le souper ? »

« Pour le ciné, débrouillez-vous pour louer toute la salle, j’ai horreur des gens qui mangent à côté de moi. »

« Nous pourrions peut-être regarder le film sur ma télé ? »

« A condition que vous ayez un téléviseur 77 pouces, soit 1,95 m de diagonale minimum. Sinon dépêchez-vous d’en achetez-un. A 8000 euros, vous devez pouvoir vous en tirer. »

« Bon ! Ce sera tout ? »

« Non, il faudrait prévoir de passer le week-end à Saint-Petersbourg. Il vous faut prendre deux billets en classe affaire. Il faut réserver au Lotte Hotel à 237 euros la nuit, ça ne va pas vous ruiner. »

« J’avais pensé à l’hôtel de la Plage à Palavas-les-Flots. »

« Hahaha ! Je m’esclaffe ! A propos, vous avez pensé à ma rivière de diamants ? Tous mes courtisans s’en occupent d’habitude. »

« Si vous avez besoin de quelque chose d’autre, n’hésitez pas. »

« Je vois que vous avez des revenus modestes. Pour cet hiver, je me contenterais du chalet que vous allez acheter à Courchevel et pour l’été d’un yacht de 35 mètres que j’ai repéré dans le port de Saint-Tropez. Vous voyez, je suis raisonnable ! »

« Super ! Je crois que nous allons nous entendre. »

« Et vous avez prévu la prime de dédommagement ? »

« Parce qu’il y a une prime ? »

« Bien entendu ! Si après tout ça, si vous ne me plaisez pas (ce qui n’est pas exclu), il faudra me dédommager de tout le temps que j’ai perdu avec vous ! »

Mot compte double

4 septembre, 2021

Le monarque tire à l’arc.

Parbleu, ce n’est pas un bleu.

Pendant que sa dulcinée va au ciné

Avec un phoque loufoque,

Beau comme un corbeau.

Le roi est en plein désarroi.

Son pantalon tombe sur ses talons.

Il rage avant l’orage.

En selle, il lit son missel.

Au boulot !

2 septembre, 2021

Aïe !

Voilà un bail

Que je suis sur la paille.

Ma caille

Me raille :

Tu bailles !

Tu as du travail.

Met ton chandail

Et repeint le portail.

Debbie et son Bambi

1 septembre, 2021

A Albi

Debbie

Dans un cagibi

Retrouve son Bambi

Au milieu d’un fourbi.

Elle en est tout ébaubie.

Il la protégeait des zombis.

C’était une lubie !

Précautions

31 août, 2021

« C’est bon, je suis paré. J’ai pris mes précautions.»

« Contre quoi ? »

« Une attaque des Chinois. J’ai mis toute ma famille au Mandarin. Nous pourrons leur parler. »

« Et contre les ours bruns ? »

« Nous sommes au point. Nous nous sommes entrainés en poussant des cris horribles qui les éloigneront. Nous avons essayé sur le chat de la concierge. »

« Il partait qu’elle ne veut plus vous voir. »

« Ce n’est pas grave. Nous nous sommes faits vaccinés contre la bêtise humaine : 4 doses successives et un rappel. »

« Et contre une hausse d’impôts ? »

« J’ai une épargne de précaution. Voilà 10 ans que j’ai interdit les départs en vacances. Les vendeurs de cacahuètes ne sont pas près de me piquer mon fric ! »

« Je vois que vous avez pris toutes vos précautions. »

« Oui, la clé c’est d’anticiper. Par exemple, vous savez que notre nouveau patron vient de Biarritz. Eh bien, je me suis mis à la pelote basque illico. »

« Vous croyez à une promotion prochaine ? »

« Bien sûr. D’ailleurs, j’ai averti Mollard. Il faut qu’il prenne ses précautions pour ne pas pleurer quand il saura que c’est moi qui ai été promu. »

« Et si c’est Dugenou qui est promu ? »

« Pas de problème. J’ai pris la précaution de lui dire que j’admirais beaucoup son travail et que j’aimerais bien me mettre à son service dans le cas bien improbable où ma candidature ne serait pas retenue. »

« Et pour le prochain diner de fiançailles de votre belle-mère ? »

« J’ai pris mes précautions aussi. J’ai demandé au docteur Mouchalet un certificat pour excuse mon absence. Il connait ma belle-mère, il a donc pensé que je devrais effectivement m’en dispenser. C’est une question de santé mentale. »

« Et pour le bac de votre gamin. »

« Aucun problème, j’ai fait graver le théorème de Pythagore sur la branche droite de ses lunettes. Dans le creux de sa main, il a les principales dates de la guerre de 14. S’il va aux toilettes, il aura la théorie de la relativité sur le revers de sa chemise. »

« Je vois que vous vous protégez contre tous les aléas de la vie. »

« Et même au-delà ! Je suis allé m’entretenir du Paradis avec l’abbé Tize de de la paroisse. Il va entreprendre des démarches pour m’assurer une place. »

« C’est sympa de sa part. »

« J’ai également convoqué le diable pour lui faire part de mon refus de séjourner chez lui. Je l’ai plutôt orienté sur la famille Dugenou. »

Dans ta voiture

27 août, 2021

Depuis ta voiture, que vois-tu ?

Le lieu du milieu.

Le mandarin et sa mandarine.

La gourde de la gourde.

Le furoncle de l’oncle.

Le futal du futé.

Le moineau du moine.

L’os du molosse.

Le microbe sur la robe.

Le chaland et son chat lent.

Le bossu cossu.

Vintage

25 août, 2021

« Je suis une personne particulièrement désintéressée. »

« Ah bon ? L’argent ne vous passionne pas. »

« Non, je refuse de me laisser happer par ce piège qui détruit tant de carrières. Moi, ce qui m’intéresse c’est de pouvoir exprimer ma créativité. »

« Il faut pourtant de l’argent pour vivre. »

« On peut très bien vivre sobrement comme nos ancêtres. Par exemple, je peux très bien regarder le journal télévisé sur mon poste de 1980. Les informations sont les mêmes. »

« Oui, mais en noir et blanc, vous loupez le charme de la présentatrice. »

« Je peux aussi aller au boulot en Renault Dauphine. »

« C’est très vintage, mais faites attention, ça tient mal la route. »

« Je vais revenir au téléphone fixe. Le mobile est un instrument d’emprisonnement, ce n’est qu’un fil à la patte. »

« C’est le patron qui ne va pas être content. Vous savez bien que vous devez pouvoir être engueulé vingt-quatre heures sur vingt-quatre. »

« C’est vrai qu’il n’a déjà pas apprécié que je lui rédige mes rapports avec un stylo à plume. J’ai pourtant utilisé du papier à carreaux pour qu’il puisse suivre les lignes. »

« Et pour votre machine à calculer de 1950, vous pensez à un renouvellement ? Le service logistique ne veut plus assurer sa maintenance. »

« Elle marche très bien. Ce n’est pas comme vos ordinateurs. Dès qu’ils calent, vous ne savez plus faire une addition ! »

« Pour le café de 10 heures, le patron trouve que c’est un peu long et qu’il faudrait arrêter de moudre le café dans le moulin de votre grand-mère. »

« Il ne faut pas compter sur moi pour boire votre café au goût de carton, ça me donne des aigreurs à l’estomac assez insupportable. »

« Moi, je dis ça, c’est pour vous. C’est comme la serviette en tissu et à carreaux que vous vous attachez autour du cou à la cantine. Je vous signale qu’elle prête à commentaires. »

« Moi au moins, je ne reviens pas de manger avec un costume tâché. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Quand je vois le vôtre, je pourrais deviner le menu. »

« Vous comptez toujours payer vos impôts en liquide ? Vous savez que les impôts ont ouvert un guichet rien que pour vous ? »

« Je m’en fous, c’est légal jusqu’à 300 euros. Et les hackers ne sont pas près de mettre leur nez dans mon portemonnaie ! »

« Il parait que vos gamins passent leur temps dans des livres au lieu de jouer sur des tablettes comme des crétins. Ce sont les seuls qui ont l’air éveillé en classe. »

« Parfaitement. Et le plus étonnant, c’est qu’ils disent bonjour en se levant le matin et qu’en plus, ils fréquentent la salle de bains tous les jours ! »

Les costauds

16 août, 2021

C’est fort !

Le forts des Halles,

Le forain

Et le forgeron

Ont fait fortune

En forant

Comme des forçats

Forcenés

Dans la forêt

Du Forez.

12345...32