Archive pour la catégorie 'Non classé'

Histoire cucul

3 juillet, 2017

Lulu

A fait bobo

A bébé

En jouant à dada

Avec Riri.

La nana

De papa

Lui fait mimi

Puis appelle sa tata

Qui vend des bibis.

A cor (et à cri)

23 juin, 2017

Cette pécore

Joue du cor

Et de son corps

Dans le Vercors,

Encore et encore.

Avec de beaux scores

Elle bat des records.

D’accord ?

Dodo !

21 juin, 2017

Ce badaud

Crado

Est un ado.

Ce n’est pas un cadeau.

Il vit sur un radeau

Avec Mado.

Ils chantent le fado,

Puis jouent au mikado.

C’est bête !

1 juin, 2017

Il s’appelle Martin, pêcheur

Dans le port.

Il est paresseux

Et baille aux corneilles.

Lou,

Une vraie grue

Lui fait coucou !

Puis se mouche.

Gare !

3 mai, 2017

Dans le Gard

A travers la garrigue

Gargantua,

Le gargotier

Avec l’aide du garde-barrière

Et du garde-pêche

Cherche le garnement

De la garce

Dont il a la garde.

Séduction

18 avril, 2017

« Pourquoi vous chantez sous mes fenêtres ? »

« Vous n’aimez pas entendre mon aubade ? »

« Pas tellement, d’autant plus qu’à onze heures du soir, c’est plutôt une sérénade. L’aubade, c’est lorsque vous chantez au lever du soleil, c’est-à-dire à l’aube. »

« Mince, je me suis trompé. Je ne chante pas mal, pourtant. Qu’est-ce que je peux faire pour vous séduire ? »

« Vous me trouvez donc attirante ? »

« Non, pas tellement. »

« Alors pourquoi voulez-vous me séduire ? »

« Moi, j’aime bien qu’on me trouve séduisant, ça me réconforte. Vous comprenez… je ne suis pas très sûr de moi-même. Il faudrait que vous me regardiez avec une petite lueur d’intéressement dans les yeux. »

« Comme ça ? »

« Non ! Là, on dirait que vous avez envie de me taper dessus, je vais être obligé de continuer mes sérénades. Vos voisins vont encore vous en vouloir. »

« De toute façon, on ne fait plus comme ça pour attirer l’attention d’une femme ? La sérénade, c’était au Moyen-Âge. »

« C’était quand même très romantique.  Ne me dites pas qu’il faut que je vous invite à la pizzeria du coin de la rue. »

« Non plus. A la pizzeria, je ne serai sûrement pas séduite. Plutôt dans un resto cinq étoiles, autour d’une nappe blanche, dans une ambiance feutrée, avec une petite bougie qui jetterait une lueur dansante sur nos visages enfiévrés par la passion naissante… Evidemment, menu raffinée, champagne… Bref, il faut prévoir au moins 80 euros par tête. »

« Ah bon ! Et une petite balade dans le parc municipal, la main dans la main, ça ne pourrait pas faire l’affaire ? »

« Pas tellement. On en fait le tour en deux minutes et il y a plein de papier gras parterre. Vous devriez m’emmener au bord du lac pour observer le coucher du soleil. »

« Dans ma 4 L ? »

« Non, il faudrait une voiture de luxe. A la rigueur, j’accepterais une Audi A8, moteur V6, transmission intégrale, 233 chevaux ! »

« Si je comprends bien, c’est toujours la bagnole qui fait l’homme ? Je suis bien déçu ! Remarquez comme vous ne me plaisez pas du tout … Je n’ai pas vraiment besoin de vous séduire……. Je m’en tire bien… Prenons ma 4 L et allons prendre une limonade au bistrot, je vous expliquerai pourquoi vous ne me plaisez pas. »

« Oui, comme ça, c’est d’accord. »

Bien de chez nous !

17 avril, 2017

J’ai fait une séance de fitness

Avec mon coach

Qui est très cool,

Une vraie star

Qui fait du business.

Puis, j’ai été au fastfood

Avec un trader.

Enfin, j’ai pris un charter

Pour aller au meeting

Avec le steward.

Encore de la violence !

3 mars, 2017

Le croate

Avec son nez crochu

Avait les crocs.

Il a avalé un croque-monsieur,

Puis a cherché des crosses

Au croque-mort

Qui a marché sur ses crocus.

Il lui a mis un crochet

Puis un croc-en-jambe.

C’est tout !

14 janvier, 2017

C’est un touche-à-tout.

Pas un rien-du-tout.

Il cultive les haricots mange-tout.

C’est aussi un risque-tout.

Un peu tout-fou.

Qui s’est acheté un tout-terrain.

Avec l’aide du Tout-Puissant,

Il ne finira pas tout-nu.

Les bonnes raisons

5 janvier, 2017

« Vous avez remarqué ? Il faut toujours se justifier. »

« Oui, il faut toujours avoir une bonne raison pour faire ce que l’on fait. Par exemple, si votre femme vous surprend au bistrot, il faut trouver un bon motif, sinon vous êtes un coupable en puissance. »

« Ou alors si vous habitez la campagne, vous êtes sommés de donner de bonnes raisons, surtout devant des gens qui, eux, préfèrent la ville. »

« C’est parfois un peu fatigant, moi j’aime bien faire des choses sans raison précise. Je me mets souvent la télé sans avoir de raison identifiée, même pas envie de la regarder. »

« Vous avez raison. En fait, j’ai l’impression qu’on fait toujours les choses logiquement, le problème c’est que la raison pour laquelle on les accomplit n’est pas toujours homologuée par les conventions sociales. Ainsi, moi, j’évite de marcher sur la jointure des carrelages parce que j’ai l’impression de respecter l’ordre voulu par celui qui l’a posé, ce qui est idiot. »

« Je suis bien d’accord. Moi, je ne donne plus de raison pour expliquer ce que je fais. Il se trouve toujours quelqu’un pour me démontrer qu’elle est mauvaise et que je me conduis donc comme un imbécile. »

« C’est sage. Quand je fais la grasse matinée, je déclare à Ginette que je fais la grasse matinée. Si je dis que je la fais parce que je suis fatigué, elle me demande pourquoi, je suis fatigué… Alors je suis obligé de trouver une raison pour laquelle je suis fatigué… et ainsi de suite. S’engage alors un dialogue éreintant, dont je sors fourbus et obligé d’interrompre ma grasse matinée. »

« C’est bien vrai. Etre obligé de donner des raisons de nos actions, c’est souvent être obligé d’en trouver de mauvaises, ce qui fait de nous d’horribles hypocrites. Finalement, si nous sommes obligés de mentir, c’est la faute des autres. »

« En réalité, nos motivations ne sont pas mauvaises en soi. Il faut qu’elles soient socialement acceptables. Si j’habite la campagne, je dois invoquer des raisons d’environnement, c’est correct. Si je dis que j’aime la solitude, je passe pour un immonde sauvage et je suis prié de revenir illico en ville. »

« J’ai essayé de faire la grève des raisons. »

« Qu’est-ce à dire ? »

« Ainsi quand mon patron m’a reproché mes retards en réunions, j’ai répondu que j’arrive en retard parce que j’arrive en retard. »

« Et alors ? »

« Alors, il a parlé de foutage de gueule. Et il m’a licencié sans raison valable. »

« C’est pour ça que vous êtes ici ? »

« Oui et c’est bien. A Pôle Emploi, on n’est pas obligé d’expliquer pourquoi on cherche un emploi. On ne voit pas bien ce qu’on pourrait y faire d’autre. »

12345...15