Archive pour la catégorie 'Non classé'

De part en part

23 septembre, 2017

A Paris

Un parrain

En pardessus

Paraît

Dans un parc.

Il est paré

A parler

Dans les parages.

Parfait !

Encore sur Facebook ?

21 septembre, 2017

« Je vais t’envoyer un message par Face book. »

« Facebook ? Et pourquoi un pigeon voyageur ou alors un parchemin que je recevrai par la prochaine diligence ? »

« Tu te moques de moi ? »

« Non, mais aujourd’hui on a des trucs qui permettent de communiquer de manière ultraperfotmante : instagram, snapchat, whatsapp,…  Facebook, c’est pour les anciens ! Ceux qui sont restés scotchés à l’an 2010. Autant dire au XVe siècle ! »

« Tu as raison, je ne suis pas au goût du jour ! »

« D’ailleurs, on va encore faire des machins plus rapides. Je travaille sur un logiciel qui va permettre de transmettre des informations encore plus vite. D’ailleurs, il n’y aura plus besoin d’écrire son message. Même en 140 caractères, ça prend encore trop de temps. Et le temps, c’est de l’argent ! »

« C’est la fin de l’alphabet et des règles de grammaires. »

« Absolument. Tu sais bien que le gouvernement fait la chasse aux règles et aux normés qui encombrent le paysage et gênent les affaires ! »

« Et ça marchera comment ton truc ? »

« C’est simple : quand tu as quelque chose à me dire, tu ne l’écris plus, tu le penses et moi je le reçois dans ma tête. Plus besoin d’ouvrir des trucs et des machins sur mon PC. »

« Super. On va pouvoir supprimer les cours d’écriture et lecture en CP. »

« Il suffira de penser ».

« Mais parfois, j’ai les pensées qui s’embrouillent un peu. »

« Et alors ? De toute façon, tes messages par mail ne sont jamais très clairs. Quand je recevrai dans mon cerveau un truc auquel je ne comprends rien, je saurai que c’est toi. »

« Euh… On frise la manipulation mentale ! Tu te rends compte des implications politiques. Les gens au pouvoir ou dans l’opposition pourront te faire croire ce qu’ils veulent. »

« Vu toutes conneries qu’on lit sur les forums de discussion, ça ne changera pas beaucoup. »

« Quand même, je n’ai pas envie qu’on s’installe dans mon cerveau, d’autant plus que ce n’est pas bien rangé. Et puis, j’ai ma personnalité, tout de même ! »

« En vérité, il ne s’agit pas de s’attaquer à ta personnalité, il s’agit de l’informer. Aujourd’hui, si je t’envoie un mail pour te dire qu’il fait beau, tu n’es pas obligé de me croire. Demain ce sera pareil. »

« Nous allons vers l’homme-objet. Mon cerveau va devenir une imprimante ou un récepteur électronique. Je proteste philosophiquement. »

« Les philosophes s’élèvent toujours contre le progrès. Je ne suis même pas sûr qu’ils soient sur Facebook. »

Les méchants

13 septembre, 2017

« Dans toutes les bonnes histoires, il faut qu’il y ait un méchant. »

« Par exemple ? »

« Dans le Chaperon Rouge, le méchant est le loup. C’est évident, puisqu’il mange la grand-mère, ce qui n’est pas convenable. »

« C’est vrai que dans la plupart des contes, le loup a une très belle tête de méchant. Heureusement qu’il est là. Que serait la chèvre de Monsieur Seguin, si le loup avait renoncé à dévorer la chèvre ? On n’y pense pas assez ! »

« Notons que dans le Corbeau et le Renard, le rôle du méchant est discuté. Certes, on peut considérer que c’est le renard puisque c’est un voleur de fromage, mais sa ruse le rend sympathique à certains lecteurs un peu cyniques. »

« C’est vrai qu’il y a toutes sortes de manière d’être méchant ou alors presque méchant, mais la présence d’un individu honni, c’est quand même la condition nécessaire pour une œuvre de qualité. Il faut que la tension du lecteur se focalise sur quelqu’un. »

« Regardons par exemple les Thénardier. Ils représentent l‘archétype des méchants puisqu’ils exploitent honteusement cette pauvre Cosette. Certains « excusent » cette attitude en expliquant qu’ils ne sont qu’un produit d’un système socio-économique qui ne se préoccupait pas de morale, mais enfin, ce n’est pas une excuse ! »

« Remarquez que dans la vraie vie, il nous faut aussi des méchants. Au bureau, le patron tient souvent ce rôle. Toute la haine se concentre sur lui. C’est assez pratique quand il y a une injustice, on n’a pas à chercher, c’est forcément de sa faute. »

« On devrait décorer tous ceux qui accepte le rôle de méchants. Ils nous rendent service puisqu’ils nous permettent de nous estimer nous-même. Comment voulez-vous vous trouvez sympathique si tous les gens autour de vous sont sympathiques ? On ne pourrait dire du mal de personne ! »

« Vous avez raison. Demain, je vais aller remercier Dumollard d’être odieux. Il va encore croire à une manœuvre déloyale de ma part, mais tant pis. Je lui dirai que grâce à lui, je me sens un homme honnête. »

«Méfiez-vous. Il risque de devenir correct, car son objectif n’est certainement pas de vous rendre service. Bien au contraire. »

« C’est vrai. Quand on est méchant, on doit le rester. Avec le loup, on est tranquille. Le conte dans lequel le loup ne mange personne reste à écrire. Mais avec Dumollard, c’est une autre paire de manches. Si ça l’arrange il n’hésitera pas à sortir de son rôle de méchant. »

« Le mieux serait de dire que le méchant, c’est le gouvernement. Il ne manque pas une occasion de nous accabler d’impôts. Les ministres s’en fichent d’être méchants puisqu’ils sont contents d’être ministres. »

« Il ne faudrait qu’ils s’avisent de baisser nos impôts ! »

« Oui, le problème avec les méchants, c’est qu’ils ont souvent envie de devenir populaires. »

Diogène intervient

12 septembre, 2017

Diogène

Morigène

Eugène

Cet indigène

Sans-gêne

Qui ne manque pas d’oxygène.

A Gênes

Il a lancé un fumigène.

Un velléitaire

27 juillet, 2017

« Je suis un gros nul… »

« Mais non, mais non… »

« Si, si, n’essayez pas de me faire plaisir. Je ne suis pas capable d’aller au bout des choses. Ça a commencé très tôt : je n’ai jamais pu terminer un cahier de devoir de vacances ! C’est vous dire ! »

« Remarquez, moi non plus. A 10 ans, on est un peu coquin. On s’imagine que les vacances, c’est fait pour ne pas travailler. »

« Ensuite, j’ai été pris de l’envie de faire une collection de timbres, ça n’a pas été très loin. Je n’ose même pas vous parler de mon ambition d’apprendre le piano. Je me suis énervé au bout de deux leçons. C’est lamentable. »

« Bof … on peut vivre sans album de timbres ou sans savoir le piano. »

« Ce n’est pas tout. Chaque fois que je m’inscris dans un club de sport, je ne dépasse jamais 1 ou 2 séances ! »

« C’est classique. Dites-vous que vous participez à l’économie de ce secteur, en achetant très cher un service que vous n’utilisez pas. C’est comme une subvention ! »

« Le résultat, c’est que je me sens toujours boudiné du ventre. Je ne vous parle pas des régimes que je n’ai jamais été capable de suivre jusqu’au bout. »

« Il faut dire que personne n’est sûr que ça marche ! Vous êtes pardonné. »

« Et tous les livres que j’ai achetés sans les lire. C’est trop ardu de lire un livre. Quand j’atteins la page 10, je suis content. »

« Ne vous en faites pas, on en est tous là. Laissez trainer vos bouquins au salon pour faire croire que vous êtes cultivé. C’est toujours ça de gagner. »

« J’avais dit aussi à Josiane que j’allais ranger le garage. Je suis crevé rien que d’y penser. Je fais comment là ? »

« Rien. Vous vivez très bien avec votre garage en pagaille. N’allez pas chercher les complications. »

« Et au bureau ! Vous croyez que je range mes fichiers informatiques correctement. Bin… non ! Je retrouve tout au pif… enfin quand je retrouve ce que je cherche. »

« Ce n’est pas grave, maintenant on vend des logiciels de recherche qui marchent très bien. D’ailleurs, il y a des entreprises qui se développent en exploitant la paresse des gens. Je connais même des gens que vous payez pour ranger vos placards. »

« Et pour cirer mes souliers ? »

« Oui, mais là, ça s’appelle des domestiques. Cependant il ne faut pas compter sur un domestique pour lire ou faire du sport à votre place. »

« Je vois. On n’est pas très loin d’un système où je suis obligé de tout faire moi-même. »

Histoire cucul

3 juillet, 2017

Lulu

A fait bobo

A bébé

En jouant à dada

Avec Riri.

La nana

De papa

Lui fait mimi

Puis appelle sa tata

Qui vend des bibis.

A cor (et à cri)

23 juin, 2017

Cette pécore

Joue du cor

Et de son corps

Dans le Vercors,

Encore et encore.

Avec de beaux scores

Elle bat des records.

D’accord ?

Dodo !

21 juin, 2017

Ce badaud

Crado

Est un ado.

Ce n’est pas un cadeau.

Il vit sur un radeau

Avec Mado.

Ils chantent le fado,

Puis jouent au mikado.

C’est bête !

1 juin, 2017

Il s’appelle Martin, pêcheur

Dans le port.

Il est paresseux

Et baille aux corneilles.

Lou,

Une vraie grue

Lui fait coucou !

Puis se mouche.

Gare !

3 mai, 2017

Dans le Gard

A travers la garrigue

Gargantua,

Le gargotier

Avec l’aide du garde-barrière

Et du garde-pêche

Cherche le garnement

De la garce

Dont il a la garde.

12345...16