C’est le pied !

27 mars, 2019

Pieds nus,

Je ne suis pas un vanupied.

Dans mon pied-à-terre,

Dans mon costume pied-de poule,

Je travaille d’arrache-pied,

Sans lever le pied.

Personne ne me casse  les pieds.

Je prends mon pied,

Sur mon piédestal.

Rénovations

26 mars, 2019

« Mes lunettes de voyage, mes lunettes pour lire, mes appareils auditifs, mon dentier, mes implants capillaires, ma prothèse de hanche, mon peace maker… C’est bon, j’ai bientôt fini ma rénovation … »

« Il va falloir vous attaquer à l’intérieur, maintenant. »

« C’est plus compliqué. Personne n’a pu rénover mon intelligence ou ma vision du monde… »

« C’est dommage, comment pourrait-on faire pour moderniser notre intérieur ? Parce que même moi, je ne sens pas au goût du jour… Je ne comprends rien à mon téléphone, les plateformes téléphoniques m’exaspèrent, je ne peux plus tailler la bavette au guichet de la poste ou dans les magasins, je ne peux plus m’énerver contre le trou de la Sécu… »

« Moi, c’est pareil, mes papiers peints sont passés de mode. Je mets toujours la même chemise parce qu’elle me porte chance. Mes pantoufles n’ont plus forme de pantoufles, mais elles amusent le chien. J’ai encore des francs de 1959 dans mon porte-monnaie… »

« Remarquez, est-ce vraiment important de se rénover ? On est comme les vieux chênes, on est là depuis tellement longtemps que plus personne ne fait attention à nous. »

« En plus, j’ai constaté que tout ce qui est vieux revient à la mode, les jeunes appellent ça le vintage. Je suis sûr qu’ils vont ressortir bientôt la Dauphine ou alors la Vespa. »

« J’aimerais mieux que revienne le facteur qui passait deux fois par jour ou les yaourts de ma grand-mère. »

« Hou, alors là, on n’est plus dans le vintage, mais plutôt dans le ringard ! »

« Bof, moi je veux bien être ringard. On pourrait réapprendre à écrire en faisant des pleins et des déliés, ça vous avait une autre allure que le Time New Roman, même en police 14. »

« Oui, on pourrait aussi revenir à une seule chaine de télé. Ce n’était pas si mal que ça. On n’était pas toujours en train de se demander ce qu’on avait foutu de la télécommande. »

« Et la manivelle pour faire partir votre bagnole, en plein hiver. Vous vous souvenez ? »

« Bon, finalement je vais me contenter d’un petit lifting… »

Le chameau blatère

25 mars, 2019

Sur le blog

De Blaise

Près de Blois,

Pas de bla-bla,

Pas de bluff,

Du bleu,

Du blanc,

Des blés

Blonds.

Deux histoires en une

24 mars, 2019

Sigismond, le plus beau dindon de la basse-cour est fier comme paon. Il se promène au bras (enfin … disons à l’aile) de Gersende, la dinde la plus enviée des environs.

Les deux fiancés vont et viennent sous les regards admiratifs des autres volatiles et lapins, tout en glougloutant à qui mieux mieux pour faire part de leur bonne humeur et de la qualité de leurs plumages. Cette fois, c’est sûr, Sigismond ne sera pas le dindon de la farce.

Un dindonneau serait-il en vue avant le mariage officiel ? S’indigne Marie-Cécile, la poule bretonne qui rêve depuis longtemps de Patrick, le coq de la basse-cour, lequel a porté ses vues sur Pimprenelle, la jeune poule blanche, récemment arrivée au poulailler.

De son côté, Benoît le canard jaune ne se prive pas de véhiculer un avis très pointu sur la moralité du couple de Sigismond. Il dit ici et là qu’il a les plus grands doutes sur l’individu. Sa compagne, Henriette la vieille cane tient la gazette de la ferme. Il semble qu’elle ait reçu des confidences de Gersende, qui est – rappelons- le – la dinde soupçonnée d’avoir fauté avant son union officielle. Malheureusement pour Gersende, Henriette la cane cancane, si bien que toute la basse-cour attend désormais le dindonneau.

Louis, le lapin s’indigne de l’empressement du couple. Ils auraient pu attendre tout de même que la supérieure du couvent, ma mère l’Oie ait consacré officiellement l’union du dindon et de la dinde. Gersende est furieuse. Elle fait remarquer à Louis qu’entre nous soit dit, lui qui fornique à tour de bras n’a rien à dire dans le domaine de la moralité.

Voici venu le jour du mariage entre Sigismond et Gersende. Compte-tenu de l’avancement du dindonneau qui – aux dernières nouvelles – s’appellera Gérard, ma mère l’Oie a refusé de célébrer cette union indigne. C’est Patrick, le coq qui est descendu de son tas de fumier pour officier. Comme Patrick est un peu myope, il ne s’est pas aperçu de l’état de Gersende. Par conséquent, tout va bien.

La cérémonie attire toute la basse-cour. Le service d’ordre est réglé par Octavien, le poulet. Les témoins sont le couple Canard, Benoit et Henriette qui n’ont pas voulu manquer une si belle occasion de se mêler des affaires des autres. Les animaux attendent avec intérêt les cancans de la cane.

Gérard, le dindonneau nait enfin. On se dispute l’honneur d’être le parrain. Patrick emporte la palme. Il a tenu à montrer son sens des responsabilités à Pimprenelle, la poule…celle-là même dont il convoite les faveurs. Pimprenelle qu’on avait connu discrète depuis son arrivée, se met soudain à caqueter fortement pour exprimer son intérêt en faveur du coq. Si bien que Patrick, le plus beau coq de la basse-cour est fier comme un paon. Il se promène au bras (enfin… disons à l’aile) de Pimprenelle, qui… (à partir de là, reprendre l’histoire précédente en remplaçant le dindon par le coq, et la dinde par la poule).

Le Ché

23 mars, 2019

Chez

Le chercheur

On danse le cha-cha-cha

Sans chichi

Avec le chat,

Son chouchou.

Chut !

Chuchotons-le :

Il vend du shit.

Foncez dans le tas !

22 mars, 2019

Dans le galetas,

J’ai trouvé une robe de taffetas.

Dans quel état !

C’est la cata !

C’est celle de ta

Tata,

Qui aimait la fiesta

Et qui ressemble à une chipolata.

Le règne animal

21 mars, 2019

« Tu as vu ? Les américains viennent d’élire une chèvre comme maire d’une de leur ville.»

« Il y en a un qui devrait se faire du souci, c’est son adversaire politique. Etre battu par une chèvre dans des élections, ça devrait lui poser un petit problème. »

« On dit qu’elle est intelligente ! »

« Ce ne serait pas étonnant. Pour arriver là où elle est… »

« Les conseils municipaux vont avoir de la gueule ! »

« On peut être sûr qu’il n’y aura pas trop de bla-bla. »

« Si en plus, elle choisit l’âne de la ferme comme premier adjoint, ce sera la totale. On se demande si l’opposition municipale pourra faire entendre sa voix. »

« S’il y a des problèmes dans la commune, on ne pourra pas dire que madame la maire en fait tout un fromage, puisque justement c’est son boulot : elle en fait. »

« Il ne faudrait pas que le loup descende des montagnes. Moi, à la place de la chèvre, je prendrai rapidement un arrêté municipal pour signifier qu’il est formellement interdit de manger le maire de la commune. »

« On dit que la chèvre est excellente pour débroussailler les terrains vagues. C’est bien la première fois que le maire d’une commune fera un travail d’employé municipal. Le budget local la remerciera. »

« On ne sait pas si la chèvre élue est célibataire. Si c’est le cas, il va falloir faire attention à tous les vieux boucs qui vont tourner autour de la maire. Il ne manquerait plus qu’elle désigne un vieux bouc comme garde-champêtre. »

« Elle va mettre ses chevreaux à l’école de la commune ? »

« Je n’en sais rien, mais ça risque de faire encore baisser le niveau scolaire qui n’est déjà pas flamboyant. »

« Et si la chèvre vise les élections présidentielles américaines de 2020 ? Si elle est élue, on fait quoi ? »

« Il ne nous reste plus qu’à élire un canard ou une vache. »

« Un jour peut-être les animaux nous régnerons sur nous. C’est possible, il y a plein de gens qui laissent de l’argent en héritage à leur compagnon préféré. D’ailleurs, j’ai l’impression que mon chat est très intéressé par mes relevés de comptes bancaires. »

Mon coco !

20 mars, 2019

Coquin,

Dans ce pays de cocagne,

Dans chaque bicoque

Il y a des cocottes

Coquettes

Qui caquètent

Et de la cocaïne.

C’est cocasse !

Sens dessus dessous

19 mars, 2019

« Moi, j’aime bien les dessous. »

« Non, mais dites-donc, espèce d’obsédé ! »

« Je ne parlais pas de vos dessous, madame, mais de tout ce qui est en-dessous. C’est ça qui est intéressant. Par exemple, quand on dit le dessous des cartes, c’est qu’on n’est pas loin de la vérité. »

« Et quand on parle de dessous-de-table, vous trouvez ça intéressant ? »

« C’est interdit, mais ce n’est pas pour ça que ce n’est pas intéressant, bien au contraire. »

« Vous traitez tout par-dessous la jambe. »

« C’est une belle expression, mais c’est difficile de traiter ses affaires par-dessous la jambe. Il faut la lever très haut ! »

« C’était pour dire que l’adverbe ‘dessous’ peut être employé dans un contexte très désagréable. »

« C’est vrai. Si je dis que vous me donnez un coup en-dessous de la ceinture, c’est très déplaisant. »

« Telle n’est pas mon intention. Je voulais simplement vous faire remarquer que l’adverbe ‘dessous’ n’est pas toujours aimable. Par exemple, quand je dis que vous dites des choses sur moi par en-dessous. »

« Moi ! Quelle ignominie ! Je dis toujours les choses en face ! »

« Et vous mentez par-dessus ! Vous êtes décidemment très sournois. Il y a des coups foireux là-dessous ! »

« Et vous qui vous vous promenez bras dessus bras dessous avec le patron, vous voulez que je vous dise ce que vous êtes ? »

« Non, je n’y tiens pas. Je vois bien qu’en-dessous de vos airs bonasses, vous êtes un sacré pervers. »

« Et vous sous vos apparences bon chic bon genre, vous êtes fielleuse ! »

« Par-dessus le marché, vous m’insultez ! »

« Non madame, je m’assieds par-dessus vos remarques ! »

« Et moi, j’en ai par-dessus la tête des vôtres. »

« Cette histoire est sens dessus dessous ! Voilà ! »

Ouille !

18 mars, 2019

J’ai la trouille

De cet arsouille.

Quelle bouille

De fripouille.

Il me fouille

Et me dépouille.

Vite la patrouille !

Grouille !

12345...370