Le changement, ce n’est pas maintenant.

C’est l’histoire de Charlot qui était matelot. Malheureusement Charlot vivait à Chamonix où la mer n’était pas. C’est aussi le triste destin de Lucile qui était guide de haute montagne à Palavas-les-Flots où n’existait aucun pic le long duquel elle aurait pu guider un client.

Harry de Paris qui aimait la province convoqua Charlot et Lucile :

— Holà, citoyens ! dit-il d’une manière un peu brusque. N’auriez-vous pas intérêt à échanger vos domiciles de manière à disposer d’un outil de travail à votre porte ?

Les deux intéressés restèrent coi car ils n’avaient pas pensé à cette solution. Mais Charlot n’était pas favorable à abandonner tous ses amis chamoniards. Quant à Lucile, l’idée de laisser ses commères de Palavas-les-Flots la traumatisait.

— Holà, citoyen Harry, toi qui as des amis proches du roi, ne pourrais-tu pas amener les flots de la mer à Chamonix, dit Charlot.

—Et les pics montagneux jusqu’à Palavas-les-Flots ? renchérit Lucile.

Charlot dont le métier était d’étudier la Constitution convint que le Texte Suprême interdisait de diviser le pays, mais absolument pas d’intervertir les places de la mer et de la montagne.

Informé, le Roi opina. Il fit remarquer qu’il avait depuis longtemps proposé d’amener la Méditerranée aux portes de Paris ce qui aurait l’avantage d’éviter les bouchons au moment des départs en vacances.

Un grand charivari s’en suivit dans le pays. Tout changea de place. Les Bretons héritèrent des Pyrénées, les Alsaciens se baignèrent dans l’Atlantique et les Normands se promenèrent au sommet du Puy-de-Dôme. Mais ces dispositions ne contentèrent personne. On changea donc encore une fois. Les Basques héritèrent des plaines du Nord, les Savoyards se retrouvèrent au pied du Mont-Saint-Michel et les Toulonnais durent apprendre le Biniou dans le Finistère.

Allez donc organiser le Tour de France dans ces conditions ! Quand le Roi se déplaçait en province, il ne savait plus qui il visitait. Il pestait contre ces vieux Gaulois, peu disciplinés, qui changeaient tout le temps de place et quand ce n’étaient pas eux qui bougeaient, c’étaient leurs environnements qui se mouvaient.

Moralité : quand on y réfléchit bien, le progrès ne consiste pas toujours à tout changer ! Se dit le Roi en prenant un bain de mer à Clermont-Ferrand.

Laisser un commentaire