Archive pour le 5 juin, 2022

L’histoire des sous de Charlotte

5 juin, 2022

C’est l’histoire de Charlotte qui vit dans une vieille roulotte. Dans son matelas, elle accumulait les billets et les pièces d’or, ce qui n’était pas d’une grande prudence.

Monsieur Hector, le banquier, lui fit remarquer que des brigands malfaisants pourraient l’attaquer pour la voler. L’argent de Charlotte serait à l’abri dans les coffres de la banque de monsieur Hector, n’en doutons pas. Certes, monsieur Hector aurait des frais et se rémunèrerait sur les dépôts de Charlotte, mais enfin il faut bien que monsieur Hector (qui a une femme et trois enfants) puisse vivre.

Charlotte n’était pas convaincue par ces beaux discours, d’autant plus qu’elle voyait tous les jours monsieur Hector circuler dans une magnifique voiture, payée grâce aux dépôts des autres gens. Elle constatait aussi que monsieur Hector s’habillait chez les tailleurs les plus habiles, qui travaillaient des tissus prestigieux au profit du banquier.

Monsieur Hector se trouvait embarrassé. Il avait beau se vêtir de guenilles et arriver à vélo pour discuter avec Charlotte, rien ne la faisait plier.

Le banquier décida de payer un brigand venu de Belgique pour voler l’argent de Charlotte, en espérant lui faire entendre raison. Cet homme, bien connu des services de police, c’était Jean, le brigand de Gand. Jean déroba le bien de Charlotte.

Là se situe une bascule de l’histoire.

Hector, toujours vêtu de guenilles de banquier, vint faire la leçon à Charlotte : confier son argent à sa banque permettrait d’être tranquille. Mais Charlotte resta sur ses positions, ce qui fut d’autant plus facile qu’elle n’avait plus rien à mettre dans les coffres de monsieur Hector.

Hector, très remonté, proposa un deal à Charlotte : il lui rendait son bien (volé par Jean, rappelons-le), mais elle le plaçait dans sa banque. Ainsi, on vit monsieur Hector arriver chez Charlotte avec une valise pleine de billets sur le porte-bagage de son vélo. C’était la fortune de Charlotte, déduction faite de la rémunération de Jean, le brigand de Gand, dont les services ne sont pas donnés, comme nous le savons.

La scène suivante fut cocasse puisqu’on vit Hector rendre son argent à Charlotte, laquelle la remit instantanément à Hector.

Moralité : Hector put s’acheter un nouveau vélo avec les intérêts produit par l’argent de Charlotte. A la réflexion, nous pensons qu’il aurait été plus moral que Jean, le brigand de Gand, garde le magot pour lui, de façon que le banquier ne profite pas de son méfait.