Archive pour juillet, 2021

Dans le vent

19 juillet, 2021

Dans la brise

Maryse

Qui frise,

Est éprise,

Mais incomprise.

Elle reprise

Ses chausses grises

En mangeant des cerises

Malgré la crise.

Les envahisseurs

18 juillet, 2021

« Bon, ça y est : j’ai fait des provisions pour un bon moment. Les envahisseurs peuvent arriver, je peux tenir le coup. »

« Vous croyez à des envahisseurs extra-terrestres ? »

« Je n’en sais rien, mais je prévois. Ils sont peut-être en train de nous surveiller. Moi, j’aime bien être prêt pour toutes les situations. »

« Depuis le temps qu’on en parle, s’ils devaient nous envahir, il y a longtemps que ce serait fait. Ne croyez-vous pas ? »

« Ce n’est pas sûr. Ils ont peut-être des soucis de leurs côtés. Peut-être qu’ils ne trouvent pas assez intelligents pour être dignes d’être envahis ? »

« Il est vrai que moi, je n’aurais aucune envie d’envahir Dugenou, mon voisin. »

« Il vaudrait mieux qu’ils nous ignorent parce qu’on ne sait pas ce qu’ils ont derrière la tête. Enfin… s’ils ont une tête comme nous. »

« S’ils sont plus forts que nous, on ne va pas faire le poids. Ils vont nous réduire en esclavage et ont retournera au temps de l’Antiquité. Finalement, je viendrais bien dans votre abri antiatomique. Faites-moi donc une place. »

« Euh… non ! Si tout le quartier débaroule dans mon abri, on sera très mal à l’aise, surtout si Dugenou vient avec sa famille. »

« Le mieux serait que les extraterrestres nous envoient une documentation. Nous pourrions étudier la meilleure manière de rentrer dans leurs bonnes grâces. Je ne tiens pas spécialement à finir esclave. »

« Vous avez raison. Avec une bonne documentation et un bon contact, nous pourrions commencer à faire du léchage de bottes. Je sais très bien faire. »

« Ils n’ont pas forcément d’intentions agressives. Il suffirait sans doute de faire preuve d’allégeance et de respect pour qu’ils nous épargnent. »

« Oui, remarquez ça ne nous changerait pas beaucoup. Moi, je fais allégeance à tout le monde : le gouvernement, mon patron, Dugenou, Thérèse, Dieu …  Alors un peu plus, un peu moins… »

« Si tout se passe bien, ils nous inviteront sûrement chez eux. »

« Je vois mal la tête de Thérèse si je lui dis qu’on va passer le week-end sur une autre galaxie au lieu d’aller chez sa mère. »

« Moi, le seul problème que ça me pose, c’est le cas où ils ne sauraient pas jouer au foot. Qu’est-ce que je vais regarder à la télé le mercredi soir ? »

« Et au boulot, comment ça va se passer ? Si leur technologie est très en avance sur nous, ils n’auront pas besoin de nos entreprises. Ils nous mettront tous à la porte. »

« Remarquez : avec les fonds d’investissement américains, on est déjà habitué. »

« Et puis sont-ils monogames, ces gens-là ? S’ils pouvaient enlever Thérèse je ne résisterai pas beaucoup. Je leur donnerai même sa mère en plus. »

« Le pire, ce serait qu’ils soient déjà là, parmi nous ! Ils nous espionnent avant de se dévoiler. Vous ne trouvez pas que Mollard, le nouveau patron, a une drôle de tête ? »

Une arrestation

17 juillet, 2021

« Je vous arrête ! »

« Comment ça, vous m’arrêtez ? Qu’est-ce que j’ai fait ? »

« Rien, justement. Tout le monde a des sujets pour organiser des manifs. Vous, rien. C’est extrêmement suspect ! »

« Puisque c’est ça, je manifeste contre ceux qui arrête les gens qui ne font rien. »

« Eh ben voilà ! Quand vous voulez ! « 

« Pourriez-vous me taper un peu pour que je me plaigne de la violence de mon arrestation ? »

« Allons, allons, soyons raisonnable. Vous voyez bien que toute rébellion est inutile. La prochaine fois, vous réfléchirez à deux fois avant de ne pas avoir de motif de manif. »

« Et si je m’élevais fermement contre le dérèglement climatique. »

« Non, ça ne marche pas, tout le monde le fait et il n’y a pas assez de casseurs dans ces manifs. On ne peut arrêter personne. »

« Et si je protestais avec la dernière énergie contre les cyclistes. »

« Qu’est-ce qu’ils vous ont fait les cyclistes ? »

« Leur existence est un véritable camouflet. Maintenant, j’ai des scrupules chaque fois que je monte dans ma voiture pour aller chercher le pain. »

« Vous avez un bon avocat ? »

« Un qui défend ceux qui n’ont rien fait ? »

« Oui. Non seulement vous ne manifestez contre rien, mais en plus vous tenez des propos incohérents en dénonçant des causes contre lesquelles vous pourriez manifester. Nous sommes au bord du délit d’alcoolisme sur la voie publique. »

« Et pourquoi vous n’arrêtez pas les gens qui manifestent contre la réforme des retraites ? »

« Parce qu’eux, ils sont normaux. Personne n’a envie de bosser plus longtemps. »

« Bon ! Je peux téléphoner à Thérèse, ma femme ? Je vous préviens qu’elle ne va pas être contente. Elle n’aura personne pour éplucher les patates, ce soir ! »

« Ne vous inquiétez pas nous allons lui envoyer un escadron de CRS pour l’aider à préparer la soupe ! »

« Vous m’apporterez mon petit déjeuner demain matin. Je prends du thé, avec des biscottes et de la confiture de fraises. »

« Ne vous inquiétez pas, nous avons un service d’étage impeccable. Nous aimons que nos clients aient envie de revenir. »

« Si vous me mettez avec un colocataire, dites-moi ce qu’il a fait avant. Je pourrais prétendre que j’ai manifesté contre la même chose. J’ai horreur des conflits de voisinage. »

« Non, un cas comme vous, on le met à l’isolement et on appelle les jeunes recrues du commissariat ; il faut qu’elles voient des cas extrêmes pour s’endurcir. »

« Bon d’accord ! Vous êtes sûrs que je ne peux pas avoir une arrestation un peu musclée ? »

C’est de la folie !

14 juillet, 2021

« Vous êtes dément ! »

« Allons, allons ! Pas de gros mots ! Que veut dire dément ? Consultons ensemble un excellent dictionnaire avant de nous emballer. »

« Bon d’accord. »

«  Houlà… il y a toute une explication médicale que je ne comprends pas. Je pense que ça veut dire que je ne vais pas fort ? »

« Concentrons-nous plutôt sur l’usage familier du mot. Démence : Conduite peu raisonnable, insensée, extravagante. C’est tout à fait vous, ça ! »

« Je vous remercie : c’est agréable. Veuillez me donner des exemples de votre affirmation. »

« Par exemple, je vous vois souvent déjeuner avec Duplantier, le patron. C’est complètement déraisonnable. Personne n’aime Duplantier. »

« Ce n’est pas insensé, je soigne ma carrière. Le léchage de bottes n’est pas une maladie mentale, c’est une opération de survie dans cette période dont seul les plus forts sortiront vainqueurs. »

« C’est bien ce que je disais : vous n’allez pas fort. Autre exemple : Vous achetez des fleurs à Thérèse votre épouse toutes les semaines. »

« Et alors, c’est l’amour de ma vie. »

« Oui, mais couvrir de fleurs votre femme, ça vous rend suspect. Vous ne pouvez plus courir le jupon. Elle se demande ce qui vous prend ? »

« Ah bon ? Vous croyez ? Je vais peut-être résilier mon abonnement à ‘Fleurs pour toutes’. Ou plutôt, je vais en faire profiter Béatrice. »

« Et votre gamin, vous avez vu votre gamin. Il ne manque pas une manif de casseurs et passe ses nuits au commissariat. Ça a l’air de vous faire rire. »

« Oh… il apprend la vie, ce n’est pas grave. Moi, en 68, j’étais aussi un peu polisson. »

« C’est insensé ! Vous éduquez un futur repris de justice. Enfin, si on peut appelez ça ‘éduquer’. Vous voulez d’autres exemples de votre folie ? »

« J’aimerais bien, oui. »

« Vous êtes toujours content des mesures gouvernementales. On est en France, bon sang ! Donc vous devez rouspéter dès qu’une nouvelle loi sort. Le comble, c’est que vous êtes le seul à être satisfait de la réforme des retraites : c’est dément ! »

« Ah bon… vous avez raison : je vais m’arranger pour protester ! C’est tout ? »

« Non… qu’est-ce que Dugenou m’a rapporté ? Pour le jeu-concours que nous organisons dans lequel il faut prévoir le prochain vainqueur du Tour de France, vous avez voté pour un Français… Vous êtes le seul Français à croire qu’un Français peut encore gagner le Tour de France. »

« Il est vrai que parfois j’ai des impulsions patriotiques… »

« Vous pouvez le dire ! Il parait aussi que vous vous refusez à acheter un téléphone mobile qui ne soit pas européen alors que tout le monde se fournit en Corée eou en Chine. »

« Et alors ? »

« Et alors, vous avez de la camelote, personne ne peut vous joindre. »

Tromper énormément

13 juillet, 2021

« Je me suis trompé. Je me trompe souvent. »

« Moi aussi, mais il ne faut pas le dire. Reconnaître ses propres erreurs, c’est très mal considéré. Vous passez pour quelqu’un qui n’est pas fiable. Un nigaud, quoi ! »

« Le problème de persévérer dans l’erreur, c’est qu’on en commet d’autres. »

« L’important, c’est de maintenir votre erreur dans une certaine cohérence. Par exemple, je croyais qu’un Français avait potentiellement les moyens de gagner le tour de France cette année. »

« Ce n’est encore pas pour cette année, vous vous êtes trompé. »

« Non, j’avais raison puisque j’ai dit que les Français avaient le potentiel et non pas qu’ils allaient gagné. Vous comprenez, je me suis raccroché à un mot : le potentiel ! »

« Pourtant, les anciens croyaient que la terre était plate ! C’était bien une erreur ! »

« Pas du tout, dans le contexte scientifique de l’époque, c’était tout à fait vraisemblable. Vous comprenez ? En faisant intervenir le contexte vous pouvez facilement transformer une erreur en une réalité géniale. » 

« C’est un peu manipulatoire ! Les politiciens utilisent souvent ce genre de subterfuge. »

« L’autre manière de ne pas admettre ses erreurs, c’est de les transférer sur le dos des autres. Exemple banal : si je fais une erreur sur un fait historique dans un rapport, je n’ai qu’à dire que c’est la faute de Wikipédia qui colporte n’importe quoi. »

« En général, peu de gens savent reconnaitre leurs erreurs. Pour cela il faut commencer par avoir conscience d’avoir commis une erreur. C’est terrible de mesurer sa propre incompétence, il faut beaucoup de sagesse pour ne pas succomber à la honte. »

« J’en connais comme Dugenou, qui adorent faire remarquer les erreurs des autres. Il démontre a contrario la qualité de son travail et en plus, il s’offre le plaisir de jouir de l’embarras de celui qui a commis l’erreur qu’il dénonce. »

« Par contre Mollard corrige les erreurs des autres, sans en faire tout un plat. Il n’y a pas à dire : Mollard, c’est la grande classe. »

« Avez-vous remarqué ? Se tromper n’est pas grave, on peut toujours rectifier, mais tromper quelqu’un, c’est plus grave. »

« Oui, cela veut dire que non seulement on a formé une erreur dans son esprit, mais en plus qu’on l’a fait avec une intention malveillante. »

« L’erreur devient un combat pernicieux et même pervers. Vous ne la lancez pas frontalement, vous faites en sorte que l’ennemi se heurte à elle pendant que vous vous la coulez douce. C’est ainsi que vous croyez avoir trompé l’administration fiscale à propos de vos revenus. »

« En général, ça se termine mal. Celui qui été trompé n’est pas très content. Quand j’ai trompé Thérèse, elle m’a fait la tête. »

« Là, on est dans le phénomène de double erreur : d’abord erreur de l’avoir trompé, ensuite erreur de croire qu’elle ne s’en apercevrait pas. »

« … Et la troisième erreur, c’est de croire que je pourrais effacer la première. »

Il se passe des choses dans la tour

12 juillet, 2021

Dans la tour de Nesle

Il gèle.

Je me pèle.

Il faudrait jeter du sel.

Juste ciel !

La belle

Et cruelle

Anabelle

Me hèle.

Une arrestation

11 juillet, 2021

« Je vous arrête ! »

« Comment ça, vous m’arrêtez ? Qu’est-ce que j’ai fait ? »

« Rien, justement. Tout le monde a des sujets pour organiser des manifs. Vous, rien. C’est extrêmement suspect ! »

« Puisque c’est ça, je manifeste contre ceux qui arrête les gens qui ne font rien. »

« Eh ben voilà ! Quand vous voulez ! « 

« Pourriez-vous me taper un peu pour que je me plaigne de la violence de mon arrestation ? »

« Allons, allons, soyons raisonnable. Vous voyez bien que toute rébellion est inutile. La prochaine fois, vous réfléchirez à deux fois avant de ne pas avoir de motif de manif. »

« Et si je m’élevais fermement contre le dérèglement climatique. »

« Non, ça ne marche pas, tout le monde le fait et il n’y a pas assez de casseurs dans ces manifs. On ne peut arrêter personne. »

« Et si je protestais avec la dernière énergie contre les cyclistes. »

« Qu’est-ce qu’ils vous ont fait les cyclistes ? »

« Leur existence est un véritable camouflet. Maintenant, j’ai des scrupules chaque fois que je monte dans ma voiture pour aller chercher le pain. »

« Vous avez un bon avocat ? »

« Un qui défend ceux qui n’ont rien fait ? »

« Oui. Non seulement vous ne manifestez contre rien, mais en plus vous tenez des propos incohérents en dénonçant des causes contre lesquelles vous pourriez manifester. Nous sommes au bord du délit d’alcoolisme sur la voie publique. »

« Et pourquoi vous n’arrêtez pas les gens qui manifestent contre la réforme des retraites ? »

« Parce qu’eux, ils sont normaux. Personne n’a envie de bosser plus longtemps. »

« Bon ! Je peux téléphoner à Thérèse, ma femme ? Je vous préviens qu’elle ne va pas être contente ; Elle n’aura personne pour éplucher les patates, ce soir ! »

« Ne vous inquiétez pas nous allons lui envoyer un escadron de CRS pour l’aider à préparer la soupe ! »

« Vous m’apporterez mon petit déjeuner demain matin. Je prends du thé, avec des biscottes et de la confiture de fraises. »

« Ne vous inquiétez pas, nous avons un service d’étage impeccable. Nous aimons que nos clients aient envie de revenir. »

« Si vous me mettez avec un colocataire, dites-moi ce qu’il a fait avant. Je pourrais prétendre que j’ai manifesté contre la même chose. J’ai horreur des conflits de voisinage. »

« Non, un cas comme vous, on le met à l’isolement et on appelle les jeunes recrues du commissariat ; il faut qu’elles voient des cas extrêmes pour s’endurcir. »

« Bon d’accord ! Vous êtes sûrs que je ne peux pas avoir une arrestation un peu musclée ? »

Noir, c’est noir !

10 juillet, 2021

Il fait nuit noire.

La marée noire

S’avance au pied du manoir.

Le duc sort de sa baignoire,

Et enfile son peignoir.

Il est dans une colère noire.

On lui a volé son Renoir.

Il va faire dire une messe noire.

C’est un roman noir.

Le baron et son cocher

9 juillet, 2021

Le baron barbon

Elève un lapin sur son lopin

De terre avec sa mère.

Son cocher vit dans le clocher.

C’est Toine, celui qui a une vie de moine.

Sous son béret, il est un peu benêt.

Il vit près de la lune, sans une thune.

Dans le brouillard, il est trouillard.

Il n’est pas brave, il bave.

Fake new

8 juillet, 2021

« Puis-je casser du sucre sur votre dos ? »

« Non, je n’y tiens pas vraiment ! Pourquoi voulez-vous me dénigrer ? »

« Pour me rendre intéressant. Les gens écoutent quand on dit du mal des autres ; ça les rassure sur leur propre compte. »

« Peut-être, mais enfin, pourquoi moi ? »

« Parce que personne ne vous aime, c’est donc plus facile. Si vous aviez des supporters, il faudrait que j’argumente. Vous comprenez ? »

« Non, pas tellement. Personne ne vous demande de m’aimer. Dans l’entreprise, nous travaillons ensemble, courtoisement, mais nous ne sommes pas obligés de nous aimer. »

« Nous sommes d’accord : je ne vous aime pas, donc je vous déteste et ça me donne le droit de colporter n’importe quel ragot sur votre compte. »

« Est-ce que vous vous rendez compte que je vous déteste aussi ? »

« Non, vous vous n’avez pas le droit de me détester. Comme vous êtes mon supérieur hiérarchique, vous devez me manager, sinon vous êtes un mauvais manager ! »

« Si je comprends bien un bon manager, c’est celui qui supporte quelqu’un qu’il n’aime pas dans son équipe en sachant très bien que ce quelqu’un ne l’aime pas non plus. »

« C’est comme ça, moi j’ai le droit de dire du mal de vous, mais l’inverse n’est pas vrai. »

« Vous me dénigrez à quel propos ? »

« A tout propos, par exemple, vos manières de me parler avec une pointe de mépris. « 

« Mais je ne vous méprise point. »

« On s’en fout. C’est ce que je dis qui compte. Vous savez ce que c’est qu’une « fake new » ? Il suffit de dire avec suffisamment de moyens et de conviction que la Terre est plate pour qu’elle soit plate. C’est une technique qui permet de transformer une opinion en réalité. »

« C’est complètement idiot. »

« Oui, mais c’est efficace. Comme j’ai dit partout que vous étiez quelqu’un de méprisant, j’ai l’honneur de vous apprendre que vous êtes catalogué méprisant maintenant. »

« Et si je dis partout que vous êtes un imbécile, ça fait de vous un imbécile ? »

« Non, mais allez-y, ça va renforcer ma position. J’ai prévenu tout le monde que votre attitude de méprisant contenait le fait de me traiter d’imbécile. Donc vous ne surprendrez personne. »

« Et si je dis partout que je suis cordial et chaleureux ? »

« Voilà qui n’arrangera pas votre sort. Vous aurez l’air de vous excusez. En fait, plus vous vous débattez dans votre mauvaise réputation, plus vous l’aggravez. Soyez content : je pourrais vous tailler une réputation de violeur eu de pédophile. »

« Vous êtes odieux. »

« Tout à fait, mais l’essentiel, c’est d’être crédible ! »

123