Archive pour le 11 juillet, 2021

Une arrestation

11 juillet, 2021

« Je vous arrête ! »

« Comment ça, vous m’arrêtez ? Qu’est-ce que j’ai fait ? »

« Rien, justement. Tout le monde a des sujets pour organiser des manifs. Vous, rien. C’est extrêmement suspect ! »

« Puisque c’est ça, je manifeste contre ceux qui arrête les gens qui ne font rien. »

« Eh ben voilà ! Quand vous voulez ! « 

« Pourriez-vous me taper un peu pour que je me plaigne de la violence de mon arrestation ? »

« Allons, allons, soyons raisonnable. Vous voyez bien que toute rébellion est inutile. La prochaine fois, vous réfléchirez à deux fois avant de ne pas avoir de motif de manif. »

« Et si je m’élevais fermement contre le dérèglement climatique. »

« Non, ça ne marche pas, tout le monde le fait et il n’y a pas assez de casseurs dans ces manifs. On ne peut arrêter personne. »

« Et si je protestais avec la dernière énergie contre les cyclistes. »

« Qu’est-ce qu’ils vous ont fait les cyclistes ? »

« Leur existence est un véritable camouflet. Maintenant, j’ai des scrupules chaque fois que je monte dans ma voiture pour aller chercher le pain. »

« Vous avez un bon avocat ? »

« Un qui défend ceux qui n’ont rien fait ? »

« Oui. Non seulement vous ne manifestez contre rien, mais en plus vous tenez des propos incohérents en dénonçant des causes contre lesquelles vous pourriez manifester. Nous sommes au bord du délit d’alcoolisme sur la voie publique. »

« Et pourquoi vous n’arrêtez pas les gens qui manifestent contre la réforme des retraites ? »

« Parce qu’eux, ils sont normaux. Personne n’a envie de bosser plus longtemps. »

« Bon ! Je peux téléphoner à Thérèse, ma femme ? Je vous préviens qu’elle ne va pas être contente ; Elle n’aura personne pour éplucher les patates, ce soir ! »

« Ne vous inquiétez pas nous allons lui envoyer un escadron de CRS pour l’aider à préparer la soupe ! »

« Vous m’apporterez mon petit déjeuner demain matin. Je prends du thé, avec des biscottes et de la confiture de fraises. »

« Ne vous inquiétez pas, nous avons un service d’étage impeccable. Nous aimons que nos clients aient envie de revenir. »

« Si vous me mettez avec un colocataire, dites-moi ce qu’il a fait avant. Je pourrais prétendre que j’ai manifesté contre la même chose. J’ai horreur des conflits de voisinage. »

« Non, un cas comme vous, on le met à l’isolement et on appelle les jeunes recrues du commissariat ; il faut qu’elles voient des cas extrêmes pour s’endurcir. »

« Bon d’accord ! Vous êtes sûrs que je ne peux pas avoir une arrestation un peu musclée ? »