Un rêve historique

« J’ai vu deux silhouettes dans l’ombre d’une forêt profonde. J’ai reconnu Duplantier et Louis XIV. »

« Duplantier, le patron ? Qu’est-ce qu’il faisait là ? »

« Lui et Sa Majesté rigolaient comme deux bossus. On aurait dit deux chenapans qui viennent de jouer un mauvais sort. »

« Tu es sûr que c’était Louis XIV ? »

« Ou peut-être Louis XIII. A une unité près, on ne va pas chipoter. Le plus grave, c’est que le carrosse du cardinal est apparu… »

« Allons bon ! Mazarin ? Richelieu ? »

« C’était Richelieu, je suis sûr. Il avait marqué son nom sur la porte de son carrosse, mais ce n’était pas encore le plus important. Il y avait sa maîtresse dans sa voiture. Et tu sais qui c’était sa maîtresse ? »

« Brigitte Bardot ? »

« Non, ne dis pas de bêtise. C’était la mère Poulard, du service du personnel. »

« Nooooooooon ! Je ne savais pas qu’elle sortait avec le cardinal. Dumartin, du service informatique va faire une drôle de tête !!  Et alors qu’est-ce qui s’est passé ! »

« La mère Poulard a exigé qu’on fasse un pique-nique ! »

« Toujours dans la pénombre de la forêt ? »

« Oui, le cardinal n’osa pas lui refuser. Il a appelé les cuisines sur son Smart Phone pour que des cuisiniers apportent de quoi se restaurer. »

« Et Duplantier pendant ce temps-là ? »

« Il jouait à saute-mouton avec le roi en attendant le déjeuner. Le roi en a eu vite assez. Il a demandé qu’on lui amène quelques ribaudes pour se divertir davantage. Et tu ne sais pas qui on lui a présenté ? »

« Non, j’ai hâte de le savoir. »

« Thérèse, ta femme ! »

« Oui, mais alors là, je ne suis pas tellement d’accord. Sa Majesté n’a pas à trousser la femme des autres. »

« Le cardinal est intervenu pour dire, qu’en effet, c’était un péché. Lui le fait couramment, mais enfin c’est un cardinal… Duplantier aussi a engueulé sa Majesté. »

« Comme quand il nous engueule en réunion de service ? »

« Oui, à peu près. Sa Majesté lui a répondu que s’il n’était pas content, il en avertirait le siège de New-York, voire le président des Etats-Unis en personne. »

« Et Thérèse, j’aimerais bien savoir ce qu’elle fait la nuit au fond des bois. »

« Elle a rejoint la mère Poulard dans le carrosse du cardinal. Elles ont gloussé à qui mieux-mieux. Je pense que la mère Poulard lui racontait les polissonneries du cardinal. »

« Et au final ? »

« Tout s’est terminé par un vaste pique-nique au clair de lune. Le roi a exigé que la barde soit attaché à un arbre. Et Obélix est arrivé en portant un plat avec un rôti de sanglier fumant. »

Laisser un commentaire