Dans les nimbes

« Vous connaissez les nimbes ? »

« Euh… non, maître qu’est-ce que c’est ? »

« C’est une sorte d’auréole de lumière qui entoure la tête des saints dans des tableaux religieux ou bien la vierge aussi.»

« Allons bon, voilà autre chose ! »

« Quand les dieux étaient nimbés d’une sorte de couronne immatérielle, ça voulait dire qu’ils rayonnaient et donc qu’ils n’étaient pas n’importe qui. »

« On pourrait dire que Dumartin, mon patron, est nimbé d’autorité. Chaque fois qu’il arrive on a l’impression qu’il rayonne avant de parler. »

« Si vous voulez. Il y a des significations dérivées du sens premier. Per exemple, avez-vous remarqué que votre appartement est nimbé de lumière dorée dès le lever du jour ? »

« Non, pas vraiment. Vous savez, au lever du jour, mon premier souci c’est de me faire un bon petit café ! »

« Remarquez que le mot ‘nimbé ‘ peut aussi prendre un sens particulier. Quand on dit qu’un lieu est nimbé de mystère, c’est qu’on a l’impression qu’un truc plane sur cet endroit sans qu’on sache exactement ce que c’est. »

« C’est juste une impression si je comprends bien, maître. »

« Oui, on emploie ‘nimbé’ quand on est en face d’un truc qui n’a pas de consistance ou qui n’a pas de début ou de fin. D’où l’aspect très poétique du mot.  Citons cette phrase de Mathias Malzieu : La lumière de la lune nimbe les rues du cœur de la ville d’une aura sucrée, je rêve d’y croquer. »

« En effet, c’est très beau, maître ! »

« Je trouve que le mot nimbe fait partie des mots qui ne désignent ni des choses matérielles ni des éléments de la nature. Ces mots désignent machins qui ont une existence malgré tout puisque nous les percevons. »

« Par exemple, maître ? »

« Si vous parlez d’un panache de fumée, vous ne pouvez pas le toucher ni même préciser ses contours exacts. Néanmoins, c’est quelque chose qui a une réalité puisque vous en parlez et en plus, vous le faites exister dans l’imaginaire du lecteur. »

« Très juste, maître. »

« De même quand vous parlez de la démarche ou de la posture de quelqu’un. Vous pouvez les nommer, mais vous ne pouvez pas les palper. En plus, vous êtes obligés de chercher des adjectifs pour les caractériser. »

« Mais pour revenir au mot ‘nimbe’, il me semble qu’il y a une touche de légèreté dans ce mot. Comme si on parlait d’une sensation qui existe, mais d’une manière impalpable et presque invisible. »

« Oui, c’est un mot très délicat. En plus, il ne faut pas le confondre avec ‘limbes’ qui ne s’emploie qu’au pluriel et qui désigne un endroit ou une situation floue. »

« C’est compliqué d’emploi ‘nimbe’, maître. »

« Oui, comme toutes les choses abstraites. Mais les cuisiniers ont réussi à lui donner du sens matériel quand ils parlent d’un plat nimbé de sauce. C’est pour dire que la sauce est comme une auréole légère qui fait rayonner  le goût du plat ! »

Laisser un commentaire