Archive pour juin, 2020

Ma nomenclature

7 juin, 2020

« J’ai fait une nomenclature pour classifier les gens que je rencontre. »

« Ah bon, à quoi ça sert ? »

« C’est pour savoir à qui on a à faire. En plus, ça permet de nuancer les jugements que l’on porte sur les uns et les autres. Par exemple, si je dis que mon voisin Mollard est colérique, on ne sait pas quel est le style de ses colères. »

« C’est ennuyeux, en effet. Donnez-moi un exemple ! »

« Mollard est-il un colérique ombrageux qui n’éclate pas, tout en se manifestant nettement par des gestes d’énervement ? Ou alors est-il un colérique violent qui envoie tout promener à la moindre irritation ? C’est important à savoir. »

« Et moi, je suis dans quelle catégorie ?

« Je vous ai mis dans les sympas, un peu envahissants. »

« Dites tout de suite que je vous casse les pieds. »

« Non, j’ai une autre catégorie pour les casse-pieds. Vous, vous êtes à dominante sympa, mais vous avez tendance à coller un peu aux baskets. Notez que vous êtes mieux classé que Dugenou qui végète dans la catégorie des ‘prétentieux ‘ arrogants. »

« Ah bon, il y a des prétentieux non arrogants. »

« C’est une question de dominante. Dugenou ne manque pas une occasion faire sentir son mépris des autres, tandis que Martin que j’ai classé dans les ‘prétentieux orgueilleux’, il est plutôt préoccupé par sa propre personne. »

« C’est peut-être un peu simpliste, non ? »

« Peut-être, mais ça intéresse tout le monde. Dugenou a déposé une requête auprès de moi pour être reclassé dans les ‘fiers’, sous-catégorie ‘contents de soi ‘. Son argumentation est fondée sur le fait qu’il ne gêne personne en étant satisfait de sa propre personne. Je suis en train d’instruire son dossier. »

« Cela doit vous donner beaucoup de travail. »

« En effet, il faut examiner de près les changements de catégorie. Si chacun se positionne dans la catégorie qu’il veut, on ne s’y retrouve plus. »

« Vous êtes sûr que personne ne vous a mis dans la catégorie des ‘cinglés dangereux’ ? »

« Vous avez raison, je vais vérifier. Il s’agit d’un travail d’expertise qui exige de la prudence et du savoir-faire. On ne manipule pas une nomenclature des gens n’importe comment ! »

« Les gens que vous classifiez sont au courant ? »

« Oui, bien sûr. D’ailleurs certains sont très mécontents et ne veulent plus me parler. Comme Poulard par exemple que j’ai mis dans les ‘agressifs bagarreurs’. »

« C’est pour ça qu’il vous a cassé la figure. »

« Oui, il aurait aimé être dans la catégorie des ‘agressifs légèrement provocants’. Mais vous pensez bien que je n’ai pas cédé. Soyons sérieux. »

« On a le droit d’appartenir à deux catégories ? Parce que vous pourriez le mettre aussi dans les agressifs teigneux et revanchards. »

 

 

 

 

 

 

Le Z pas comme Zorro

6 juin, 2020

A Zanzibar

Il a des zozos,

Des paparazzis

Qui font du jazz

Et jouent au puzzle

Tandis qu’un grizzly

Fait une razzia

Sur leurs pizzas

Et mettent la zizanie.

Bis repetita…

5 juin, 2020

Le page est à la page

Le vert trouvère boit un verre

Mon oncle furieux a un furoncle.

Ma tante est constante.

Constant aussi est constant.

L’étranger est rangé.

Le fourbu à bu.

Pendant ce temps, le concubin cubain

Joue au tennis à Nice.

Encore de la distanciation sociale !

4 juin, 2020

« Vous êtes un impertinent ! »

« Et pourquoi, je vous prie ? »

« Vous vous rendez compte que vous m’adressez la parole ? »

« Mais pour qui vous prenez vous, mon vieux ? Nous n’avons pas gardé les chèvres ensemble. »

« J’espère bien, j’ai des occupations beaucoup plus nobles. Je ne traine pas avec n’importe qui. »

« J’espère que vous ne croyez pas m’impressionner. »

« Si, ça m’arrangerait. J’ai un haut niveau d’éducation et de revenu. Vous devriez être humble en me parlant. D’ailleurs, je ne devrais pas vous parler. »

« Oui, c’est vrai. Je ne comprends pas que vous me parliez. »

« Il faut que je vous fasse sentir ma supériorité, donc je suis obligé de vous adresser la parole. Désolé ! Si vous croyez que ça m’amuse. »

« Si je comprends bien vous méprisez tous les gens qui n’ont pas votre statut social. »

« Tout de suite les grands mots ! Non, je ne méprise personne, mais il vaudrait mieux que chacun reste à sa place. Il n’est pas très opportun que vous me parliez. »

« En effet, vous ne m’êtes pas très sympathique. »

« Mais c’est parfait ça. Je dois être entouré d’une espèce de crainte révérencieuse. A mon niveau de patrimoine, c’est la moindre des choses. »

« Et si je vous dis que vous êtes prétentieux, je suis encore impertinent ? »

« Oui, je ne dois pas faire l’objet de critique. Etre prétentieux, c’est un état consubstantiel à mon rang et à ma naissance. »

« Ce n’est pas trop dur ? »

« Si, mais c’est indispensable. Il faut qu’il existe des gens aisés pour jeter un regard dédaigneux sur les autres. Sinon, il n’y a plus de lutte des classes possible. »

« Mais on pourrait avoir des regards chaleureux et bienveillants ! »

« Encore un gauchiste ! C’est bien ma veine ! Sachez que je vous rends service mon vieux. ! »

« Comment ça ? »

« Suivez-moi bien. Je vous impressionne par mon allure, je vous énerve, vous me parlez avec impertinence et au final vous êtes content de vous parce que vous croyez vous être rebellés. »

« C’est assez pervers ! »

« En effet, mais c’est la seule façon de maintenir une distance entre vous et moi. Si vous me parlez comme on se parle au bistrot du coin, vous créez un faux sentiment de camaraderie. Comment voulez-vous révolter contre un esprit de camaraderie ? »

« Vous trouvez indispensable de se révolter ? »

« Evidemment, nigaud. On a tous envie de se sentir fort. Et si possible d’avoir le rôle de David contre Goliath. La société va de révolte en révolte. »

Visite au musée

3 juin, 2020

Un muet

Fait de la musique

Dans le musée

Municipal,

Tandis que ma muse

Murmure

Et musarde

Devant le mufle

De la mule.

Nos prisons

2 juin, 2020

« Allez, hop ! Au bloc ! »

« Encore ? Mais alors je suis tout le temps confiné ! »

« Oui, c’est comme ça ! Quand vous n’êtes pas confiné, vous devez être en prison. Et si vous n’êtes pas en prison, vous devez être esclave de quelqu’un. »

« Je peux m’évader de temps à autre ? »

« Il y en a qui ont essayé… Ils rament aux galères du Roi ! »

« Et la liberté, c’est quand ? »

« Mais vous êtes entièrement libre à condition que vous ne bougiez pas. Bon, allez …vous êtes sympathique, je vous délivrerai une autorisation de déplacement sur 3 kilomètres. »

« Et vous pourriez faire quelque chose pour mon esclavage au boulot ? »

« Alors comme ça, vous ne voulez plus être humilié dans un travail répétitif, sans intérêt, au service de financiers soucieux de vous ? J’ai une solution pour vous : montez votre propre boite ! »

« D’accord, mais je vais changer d’esclavage en tombant sous la coupe du banquier ! »

« Vous pourriez vous marier ! »

« Euh… ça va encore chauffer pour mon matricule ! »

« Et la légion étrangère ? »

« Non, merci. »

« Vous êtes marrant ! Je vous propose toutes sortes d’esclavages sympas et vous n’en voulez pas ! Il ne vous reste qu’à finir en prison, aux galères ou en confinement. »

« Et le monastère ? »

« Vous tenez à vous lever à 4 heures du matin pour assister à Matines ? »

« Pourtant !  J’ai entendu parler d’un monde libre ! »

« Ouh ! Alors là … attention, c’est encore pire ! C’est un monde affreux que je n’osais même pas vous proposer ! Rendez-vous compte : vous êtes enfermé en tête-à-tête avec vous-même toute la journée et toute l’année. C’est terrible. »

« C’est vrai : on ne peut échapper à soi-même. Nous sommes emprisonnés dans le même corps. Il faut beaucoup d’abnégation pour survivre à soi-même. »

« Je ne vous le fait pas dire. C’est comme être emprisonné avec un type qui vous réciterait toute la journée ce que vous devez faire et qui vous rongerait de scrupules si vous le faites mal. »

« Bon, tout compte fait, je préfère rester en cellule de dégrisement. »

« Non mais où vous croyez-vous ? Ce n’est pas un emprisonnement à la demande. Nous avons besoin de la place ! Il y en a d’autres qui attendent. »

« Vous pourriez m’apporter une autre bouteille de vodka ! Et je recommencerai à me bourrer ! »

« Allez-vous faire enfermer ailleurs ! »

Le Danois et le Chinois

1 juin, 2020

Benoit,

Le Danois

Est benoît.

Il a un gentil minois.

Le Chinois

Pas sournois

A amené son pékinois

Pour le tournoi.

123