Archive pour le 19 mai, 2020

Le club des inintéressants

19 mai, 2020

« On ne me bâillonnera pas comme ça, monsieur. Je vais parler. Je vais briser l’omerta. En voilà assez !»

« Vous allez dire quoi ? »

« Ah, c’est vrai… il faut avoir quelque chose à dire ? Je peux parler de mes dernières vacances au Sénégal ? Ça le fait ? On n’en parle jamais des vacances au Sénégal ! »

« Non, monsieur. Quand on dit qu’on va parler, c’est sur des sujets sérieux qui vont remuer l’opinion publique, soulever des polémiques ! »

« Ah ! C’est pour ça ! Je me disais aussi… Je n’avais aucun journaliste devant chez moi, ce matin. »

« Oui, je suis désolé, mais votre petite vie n’intéresse personne. »

« Je pourrais être un citoyen qui s’élève contre le prix des cigarettes. »

« C’est vrai, mais vous ne fumez pas et vous faites bien. »

« Bon… alors, il faudrait que je trouve autre chose pour me distinguer. Je ne peux pas compter sur une performance athlétique. »

« Je m’en doutais un peu. Remarquez, vous avez tout de même gagner le championnat de mangeur de choucroute l’an dernier. »

« Je préfèrerais briller par mes facultés intellectuelles, si ça ne vous dérange pas. »

« J’ai une idée. Vous pourriez briller par votre médiocrité. C’est vrai : vous avez une petite vie sans relief d’employé aux assurances, vous n’avez aucun talent, vous n’avez aucune idée sur rien, vous passez vos dimanches chez votre belle-mère. Bref, vous êtes le modèle de l’inintéressant. »

« J’y avais pensé, mais je n’ai mobilisé personne autour de moi. Je n’intéresse qu’un journaliste qui a été délégué par ses confrères pour le cas où je serais marrant. Je n’ai même pas pu lui souffler une question à me poser, tellement je n’ai rien à dire. Et je n’ai pas été drôle du tout. »

« Vous êtes pourtant un cas désespéré. Vous êtes d’une platitude incroyable. Vous n’avez pas pensé à ouvrir un financement participatif pour essayer d’en sortir. »

« Si, mais j’ai récolté 10 euros. »

« Essayez de fonder un club. Ce serait le club de ceux qui n’ont rien à dire d’intéressant. »

« Qu’est-ce qu’on pourrait se dire entre nous ? »

« Je n’en sais rien moi. Faites le recensement des phrases creuses : comment ça va, t’as vu le match hier soir, il n’y a plus de saison… Voilà qui pourrait être une œuvre utile. »

« C’est une idée. Après les avoir répertoriées, nous pourrions nous les lancer entre nous. Et il y aurait des sanctions pour ceux qui disent des choses compliquées ou passionnantes. »

« Vous voyez… personne ne vous bâillonne. Au contraire, je vous encourage à vous exprimer. Lorsque des gens comme vous parlent, les gens comme moi ont l’espoir de passer pour des êtres intelligents. »

« Il ne faudrait pas abuser de notre bonne volonté ! »

« Il n’y a pas de crainte à avoir. Vous êtes suffisamment nombreux pour remplir l’espace de mots sans intérêt. »

« On va s’y mettre. Je vous promets d’éviter toute analyse en profondeur ! »