Archive pour le 7 mai, 2020

Le poète

7 mai, 2020

« Je suis poète. »

« Ah bon ? Et ça rapporte ?»

« La poésie fait partie des choses qui ne sont pas faites pour rapporter de l’argent. »

« C’est quoi l’utilité de la poésie ? »

« C’est de produire du beau. »

« Pourquoi vous n’avez pas l’air souffreteux comme tous les poètes ? Ne faut-il pas souffrir pour écrire des vers géniaux ? Par exemple, perdre sa dulcinée ? »

« Non, ce n’est pas obligé, je suis très heureux en ménage. »

« Eh bien, extasiez-vous un peu en regardant la nature ! »

« C’est-à-dire que sur l’autoroute, c’est un peu compliqué ! »

« Vous pourriez au moins passer une écharpe rouge autour du cou, ça fait poète.»

« Vous voudriez peut-être que je m’assieds, au bord de l’océan, les cheveux soulevés par le vent en observant la houle et les nuages noirs qui annoncent l’orage. »

« Ce serait mieux. Vous mangez à votre faim ? »

« Oui, merci. Vous voulez que je vous invite ? Nous pourrions parler de tout ce qui est inutile et nous élever contre la civilisation de l’utilitarisme. »

« Vous avez raison. Mais je n’ai pas encore digéré ces poèmes qu’il fallait apprendre par cœur à l’école. Vous savez : le grand manteau blanc de l’hiver, mignonne allons voir si la rose… etc… »

« Sachez monsieur que le poète est d’abord un musicien qui fait chanter les mots au-delà de leurs significations. »

« Bon d’accord. Je reconnais que Racine et Corneille en avaient dans le ciboulot pour écrire des trucs de trois heures rien qu’en vers. Il est vrai qu’à l’époque, ils n’avaient pas la télé pour se distraire. »

« On devrait rétablir un corps de fonctionnaires-poètes pour que les gens doués puissent produire des œuvres immortels. »

« Vous trouveriez ça normal qu’une manif de poètes défile sur le pavé pour réclamer une revalorisation du point indiciaire ? »

« C’est bien ce que je pensais, le poète ne peut pas exister sans être un peu paria dans cette société. Un statut officiel de poète, c’est comme déclarer la guerre à la poésie. »

« Allons, allons, pas de défaitisme. Récitez-moi un peu du Victor Hugo pour vous remonter le moral. C’est votre vedette, non ? Votre Neymar à vous ? »

« Loin de toi, par de là ton horizon vermeil, Laisse ta poésie aller en plein soleil ! »

« Ah oui, ça le fait ! J’ai bien fait de monter dans votre voiture. D’ailleurs comment se fait-il qu’un poète soit assez riche pour s’acheter une belle bagnole ? »

« Les grands poètes ne sont pas forcément des grands miséreux au RSA. »

« Bon, prêtez-moi votre dictionnaire de rimes ! Vous allez voir si je m’y mets… »