Les produits de beauté

« J’ai la crème qui fait la peau douce, celle qui l’hydrate, sans compter celle qui chasse les impuretés. Le shampoing qui fait brillant, celui qui nourrit les cheveux en profondeur, celui qui élimine les pellicules, les démangeaisons indésirables. Qu’est-ce t’en penses Odette ? »

« Moi, j’ai les crèmes qui font le pied lisse ou qui font maigrir pendant la nuit. Le dentifrice qui fait la dent blanche tout de suite ou qui supprime la mauvaise haleine. Tu n’as pas l’impression de nous faire avoir avec tous ces produits ? Hein, Josiane ?»

« Si, mais c’est obligatoire. Nous devons soutenir la croissance et l’économie, donc accepter de se faire refiler des trucs dont on n’a pas besoin. »

« C’est vrai que lorsqu’on consommera intelligent, le taux de croissance va en prendre un coup ! »

« En attendant, va donc acheter la crème qui fait sentir bon des pieds, Odette ! »

« Mais mes pieds dégagent une bonne odeur ! »

« Alors une autre crème, personne n’a le pied parfait. Allons, allons ! »

« Je crains que nous finissions par nous ressembler toutes avec tous ces produits de beauté. Qu’est-ce t’en penses, Josiane ? »

« Tu as raison, Odette, la beauté ça ne fait pas tout. Le charme, c’est mieux. Et pour avoir du charme, il faut être doté de quelques petites imperfections physiques. Un petit grain de beauté sur la joue ou alors le cheveu un peu fou ou bien des incisives légèrement proéminentes. »

« Pour bien faire, il faudrait qu’on nous vende des produits qui font des imperfections de charme. »

« C’est-à-dire que le charme repose aussi sur l’intelligence et la conversation de la personne, Odette ! »

« Oui… alors là, on n’est pas près de disposer d’une crème adoucissante ou nourrissante, Josiane. Je m’en fiche : de toute façon, comme je suis un vrai canon, ce n’est pas à moi de démontrer mon intelligence. »

« Tu as raison : C’est aux hommes à nous faire la causette. »

« L’ennui, c’est qu’ils sont de moins en moins cultivés, alors ils se rabattent de plus en plus sur des produits de beauté masculins. Tu vas voir que bientôt c’est nous qui allons devoir les draguer ! »

Laisser un commentaire