La peur

« J’ai peur de tout. »

« Oh, mon pauvre, ça doit être très désagréable. »

« Dans la rue, les gens me regardent d’un air louche, je suis obligé de marcher à reculons pour éviter les attaques par derrière. »

« Vous avez raison les gens sont méchants. »

« Au bureau, je marche en me pliant en deux pour éviter les jets de projectiles : agrafeuses, dictionnaires ou autre… »

« De quoi avez-vous peur ? »

« Je ne sais pas. Généralement, on a peur de l’inconnu. Si je connaissais ce qui me fait peur, ça ne me ferait pas peur. Vous comprenez ?»

« Si je comprends bien, c’est pathologique ! »

« Oui, même vous avec vos gros yeux et vos grandes oreilles, vous me faites peur. Etes-vous sûr que vous n’êtes pas animé de mauvaises intentions à mon égard ? »

« Non, moi je suis sympa. »

« Les gens sympas me font encore plus peur que les autres. Il se peut que vous soyez sympa pour mieux tromper ma vigilance. C’est une incertitude assez stressante. Soyez un peu moins sympa ! »

« Avez-vous pensé que les autres puissent avoir peur de vous ? »

« Ah ben, non ! Je ne vois pas comment les gens pourraient avoir peur de quelqu’un qui a peur d’eux. »

« Personne n’aime les peureux, enfin…ceux qui paraissent peureux, ça bouscule les repères sociaux. Parmi les gens « normaux » personne n’a peur de personne. Vous, vous déstabilisez tout le monde. »

« Eh voilà… ça va être encore ma faute. »

« J’en ai bien peur. »

« Ah vous voyez ! Vous avez peur aussi ! Je vous file la pétoche ! Un peu de courage, mon vieux ! On n’est pas entre poules mouillées. »

« Vous ne comprenez rien : il y a des peurs convenables et des peurs idiotes. Moi, j’ai des peurs sympas. »

Laisser un commentaire