Archive pour le 11 juin, 2019

Une sorcière

11 juin, 2019

« J’ai rêvé de vous. »

« C’est très flatteur, dois-je conclure, monsieur que ma personnalité enflamme vos sens ? »

« C’est-à-dire que dans mon rêve, vous n’êtes pas très sympathique, madame. »

« J’en suis navrée. Qu’est-ce que je pourrais faire pour m’améliorer ? »

« Il faudrait me regarder avec aménité, alors que votre beau regard bleu me terrorise la nuit venue. Il me fixe de manière menaçante. »

« C’est-à-dire que votre silhouette ventripotente ne me fait absolument pas rêver, moi ! »

« Et vos ongles longs et rouges… Dans mes rêves, on dirait de longues griffes. Quand vous vous précipitez sur moi avec un air goulu et vos longs doigts tordus. J’ai une frousse de tous les diables. »

« Je vais arrêter de me faire les ongles. Et pour ma coiffure, ça va ? »

« Non pas du tout. Quand je dors, vous avez les cheveux dressés sur la tête comme une sorcière. D’ailleurs, si vous pouviez oublier votre balai, ça m’arrangerait. »

« Je vais passer à l’aspirateur. Personne n’a vu une sorcière à cheval sur un aspirateur, ça n’existe pas même dans votre imaginaire. »

« Et puis, votre bouche, vous l’avez vue ? En pleine nuit, une bouche ensanglantée qui se jette sur vous, vous trouvez ça agréable ? »

« Bon, d’accord, je vais changer de rouge à lèvres. »

« Et puis faites vous limer les incisives. Je n’ai pas envie d’être déchiqueté. Je me réveille en sursaut et en sueur. Je vous assure que c’est extrêmement désagréable d’être dévoré tout cru ! »

« Je n’ai encore mangé personne. »

« Et d’abord, pourquoi êtes-vous si grande ? Dans mon cauchemar, vous faites au moins cinq mètres cinquante. Comment voulez-vous que je me sorte de vos griffes avec mon mètre soixante ? »

« Je suis désolée, mais je ne mesure qu’un mètre soixante-quinze et je n’envisage pas vraiment de me raboter. »

« Tout ça, c’est bizarre parce que vous me plaisez beaucoup. »