Elegance du discours

« Je vous ai énoncé mon avis. »

« Pourquoi vous ‘énoncez’ ? Vous ne pourriez pas simplement ‘donner’ votre avis, comme tout le monde. »

« Non, parce que quand je dis quelque chose, chaque mot a un sens précis. Il n’y a rien à enlever ou rajouter. »

« … tandis que moi, je parle n’importe comment évidemment ! »

« Oui, il faut toujours que vous rajoutiez ‘j’veux dire’. On voit bien ce que vous voulez dire, ce n’est pas la peine de dire que vous voulez le dire. »

« Ce n’est qu’un tic de langage qui permet de respirer. »

« Vous répétez souvent ‘c’est clair’, surtout quand c’est obscur. Quand vous parlez, on a l’impression que vous cherchez à vous convaincre vous-même en vous fichant de votre interlocuteur. »

« On ne peut plus se laisser aller, alors ? »

« Bientôt, nous ne serons plus qu’un petit nombre à nous exprimer avec élégance et précision. »

« Ce sera une nouvelle aristocratie. Une de plus. »

« Oui, les prétendants seront anoblis par l’Académie Française. Je serai le Duc de la Phrase Ampoulé. Vous, vous appartiendrez au peuple. Vous pourrez dire que ‘c’est clair’ tant que vous voulez. »

« Votre Seigneurie est bien bonne ! »

« De rien, je sais m’adressez au peuple. Il ne faudrait pas qu’il nous fasse une révolution et qu’il impose son langage approximatif. »

« Euh… il y a déjà des notables qui jurent comme des charretiers en disant ‘casse-toi pauv’con » par exemple. »

« Les titres nobiliaires seront accompagnés d’un permis à point. Tout écart dûment constaté par un agent de la force langagière entraînera un retrait de points. Quand on n’en a plus, formation en français obligatoire. »

« Je n’en peux mais. »

« Très belle expression qui date du XIIème siècle, qui signifie que vous ne pouvez en dire davantage, ce qui ne m’étonne pas de vous. »

Laisser un commentaire