Archive pour le 12 mars, 2019

Les chaussettes orange

12 mars, 2019

« Cette fois, c’est dit ! C’est l’insurrection ! Je lève l’étendard de la révolte ! Je crée le mouvement des chaussettes orange. »

« Vous avez vu ? Il n’y a personne derrière votre étendard ! »

« Ah bon ? Où sont-ils passés ? »

« D’abord, il faudrait avoir des revendications. »

« Mais bien sûr que j’ai des revendications ! Nous sommes l’immense marée des écrivains que personne ne lit. Nous voulons que l’on s’intéresse à nous ! Ce n’est pas compliqué ! »

« Pour le moment, la marée s’est retirée. C’est peut-être parce que vous n’avez aucun talent. Et vous n’êtes pas suivi parce qu’aucun écrivain n’a envie de faire remarquer qu’il écrit des livres nuls. »

« Ah bon ? Vous croyez ? C’est un peu fort ! Je m’exprime et ça n’intéresse personne. On a bien raison de dire que nous sommes dans une civilisation de la solitude. Je revendique le droit d’être entouré de l’attention de mes contemporains même si j’écris des choses sans intérêt. »

« Et pourquoi avoir appelé votre mouvement les « chaussettes orange ». Si vous avez des pantalons un peu longs, personne ne les voit vos chaussettes. »

« Je comptais sur le mauvais goût qu’il y a à porter des chaussettes orange pour choquer nos concitoyens. »

« Bon, enfin bref, je constate que vous n’entraînez guère les écrivains dont les manuscrits sont refusés partout. »

« Les éditeurs, obnubilés par leur profit, ont bien tort. C’est en goûtant de la nourriture mauvaise qu’on apprécie la bonne. »

« Bon, je n’ai pas que ça à faire. Je vous suggère de ranger votre étendard, de démonter votre barricade et de cesser de hurler votre mécontentement. »

« Je fais comment alors pour protester. Je pourrais bloquer votre passage, s’il vous plait ? »

« Non, un mouvement populaire d’une seule personne, ça n’existe pas. C’est interdit par la logique. »

« On pourrait dire que c’est un mouvement virtuel, larvé, qui ne demande qu’à éclater au grand jour. »

« C’est ça, oui ! »