Tout va mal !

« Tout va très mal, mon pauvre. La Terre est de plus en plus polluée. La pauvreté s’étend dans le monde. Il y a encore des guerres partout… »

« Vous êtes sinistre ! Essayez de vous concentrez sur les petits plaisirs de la vie. Le diner du dimanche en famille, le printemps qui pointe son nez, la musique que vous aimez… »

« Moi, je veux bien, mais l’addition des petits plaisirs n’a jamais fait un gros plaisir. Même le jour de la Saint-Valentin, il y a encore des hommes qui exterminent les autres quelque part dans le monde ! »

« Certes, mais enfin la paix gagne peu à peu du terrain. »

« Donc, si je comprends bien, vous trouvez que tout va bien ? Et votre pouvoir d’achat, il va bien ? Comment il se porte votre pouvoir d’achat ? »

« Euh… et le crédit, vous avez certainement entendu parler du crédit ? Grâce au crédit vous avez une belle voiture, une belle maison… »

« Et voilà ! Je vis grâce aux banques ! J’aimerais bien vivre librement, un jour, pour voir comment ça fait ! »

« Mais vous êtes entièrement libre, mon cher. »

« Libre de payer mes traites, oui. Libre de regarder avec un microscope ce qui me reste à la fin du mois. »

« Et si on était un peu optimiste ? Nous pourrions aller au stade municipal samedi soir ? »

« Pour hurler comme des crétins en espérant que les mercenaires recrutés par notre club local battent les mercenaires recrutés par le club voisin ? »

« Bon… alors restez donc devant votre télé. »

« Pour voir des séries américaines qui se ressemblent toutes ou alors des chanteurs et des animateurs qui rigolent entre eux. Si c’est tout ce que vous avez à me proposer, merci bien ! »

« Allons, allons, vous avez sûrement de bons moments à passer. Plus vous êtes pessimiste, plus vous êtes malheureux. »

« Vous m’agacez avec votre optimiste. Vous vous ne pleurnichez jamais. Ce qui soulage les pessimistes, c’est de pouvoir se lamenter en groupe. Vous ne m’aidez pas beaucoup. »

Laisser un commentaire