Archive pour le 17 février, 2019

Tous bornés.

17 février, 2019

« Vous êtes un peu borné, vous ! »

« Je suis comme tout le monde. Vous aussi vous êtes plutôt limité. »

« C’est vrai, nous ne sommes ni très cultivés, ni très intelligents. »

« C’est bizarre que nous en soyons conscients. D’ordinaire, les gens limités ne sont pas conscients de leurs limites, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils sont limités. »

« Ce n’est pas évident de connaître ses limites et encore moins de les reconnaître. Moi, par exemple, je me suis aperçu que je suis incapable de parler de littérature. »

« Et moi alors, je ne sais même pas faire cuire des spaghettis. »

« Pour se connaître mutuellement, le mieux c’est de se dire ce dont on n’est pas capable. »

« Oui, on pourrait imaginer que chacun se balade avec une pancarte autour du cou sur laquelle seraient listées ses limites. »

« Ce serait pratique. J’aurais tout de suite su que Georgette n’aimait pas faire le ménage ni tondre le gazon. Cela m’aurait évité une surprise. »

« Et moi, j’aurais été au courant que mon patron n’aime pas être contrarié par un avis différent du sien. »

« Bon, vous avez raison. Je propose qu’on réfléchisse à nos limites et qu’on se les échange par mail. »

« Parfait. Comme ça, si nos domaines d’action ne se recouvrent pas, nous éviterons de nous parler. »

« Attention, il y a toujours des bonnes âmes qui vous racontent qu’il faut savoir dépasser ses limites pour s’ouvrir aux autres. Il faut s’enrichir les uns les autres et patati et patata… »

« Moi, si je suis trop différent de mon voisin, je ne vois pas la nécessité de lui rendre visite dans son domaine. Dépasser mes limites, c’est déjà très pénible, alors vous pensez bien que je ne vais pas me fatiguer à connaître les vôtres. »

« Finalement, moi j’aime bien qu’on me dise que je suis limité, ça me rassure. »

« Moi aussi, j’aime bien être borné. Comme ça, je sais qui je suis et je ne suis pas un vagabond ! »

« On peut être cons, mais on est chez nous et on y est bien  ! »