Archive pour le 5 février, 2019

Le calme et la crise

5 février, 2019

« Nous vivons une période plus calme que celle qu’ont pu connaître nos aïeux qui se faisaient la guerre pour un oui ou un non. »

« Certes, nous n’avons plus de guerres sur notre territoire depuis 70 ans, mais nous ne manquons pas d’emmerdes pour autant : la dégradation de l’environnement, la pauvreté dans le monde, les guerres commerciales, les maladies inconnues…  »

« C’est vrai, on finit par se demander ce que serait une période sans souci, une période heureuse quoi… »

« Une période heureuse ? Une période où on aurait à se préoccuper seulement du championnat de foot, de l’Eurovision, des vacances du président, des soucis familiaux de la reine d’Angleterre… »

« Oui, ce serait à peu près ça. Remarquez que les média font tout pour nous faire croire qu’on y est et que tout va bien ! »

« C’est vrai qu’un bon reportage sur la reine d’Angleterre, c’est plus marrant qu’une enquête sur la hausse des prix. »

« Insinueriez-vous que nous sommes dans une période où l’on essaie de nous endormir sur nos lauriers ? »

« Euh… ça ressemble un peu à ça ! »

« Moi, je crois qu’on a des soucis à toutes époques : après la crise financière, vous avez la crise politique avec plein de scandales, puis la crise immobilière avec beaucoup de gens qui ne peuvent plus se loger, puis la crise hospitalière avec les urgences qui débordent… »

« Vous avez raison, on a l’impression que l’état normal du pays, c’est l’état de crise. »

« C’en est au point où une période sans crise, c’est une crise de non-crise. »

« Autrement dit, les hommes ont un besoin viscéral de se faire peur. Lorsque tout va bien, c’est que ça va mal aller ! »

« C’est vrai. Si le calme continue, je vais me mettre moi-même en crise. Je ne sais pas comment… Une petite crise de nerfs peut-être… » 

« Vous n’avez pas le droit. Les crises sont réservées aux gens sérieux qui savent s’en occuper. Vous vous devez vous contenter de gémir à propos des crises… »