Emploi, chômage, esclavage

« Et si on rétablissait l’esclavage ? »

« Ça ne va pas la tête ? Nous sommes au XXIe siècle quand même ! »

« C’était pourtant pratique ! Il n’y avait pas de chômage à l’époque ! »

« Nous n’en sommes plus là. Maintenant, il y a le droit et les contrats de travail pour protéger les salariés. »

« Vous êtes conscient que, bientôt, on emploiera les gens pour une heure de travail comme chez les anglais ? »

« Ça n’a rien à voir. Maintenant, il y a le droit et les contrats ! »

« Vous allez sans doute me dire qu’il n’y a que ceux qui veulent se faire exploiter qui sont exploités. »

« Vous m’y faite penser : je vais augmenter ma femme de ménage. Il est vrai que lorsqu’on emploie du personnel de maison, on se sent toujours un peu coupable. Au temps de l’esclavage, j’imagine que les seigneurs aussi se sentaient aussi un peu coupables ! »

« Pas tellement, ils passaient leur temps à guerroyer ou à festoyer. Les préoccupations sociales leur échappaient un peu. »

« Aujourd’hui, les conditions de travail ont évolué, heureusement. »

« Vous trouvez ? Les femmes de ménage dans les bureaux bossent à partir de 5 heures du matin pour nettoyer votre bureau que vous pourriez d’ailleurs nettoyer vous-même. Mais vous n’avez pas envie de vous tirer du lit avant huit heures. Votre paresse crée du boulot, mais du mauvais boulot ! »

« Je devrais être remercié de salir un peu. Figurez-vous que le bureau de mon voisin Dugenou est toujours impeccable. Je lui ai dit qu’il ne participait pas à la lutte contre le chômage. »

« Vous vous rendez compte du point où on en est. Pour soutenir la création d’emplois, il faut être mauvais citoyens. C’est grâce à votre gamin qui est un petit casseur qu’on augmente en flèche les emplois dans le domaine de la sécurité publique ! »

« Et vous ! ne me dites pas que vous faites exprès de ne pas trier vos déchets pour créer des emplois de trieur dans les entreprises de recyclage ! »

« Si justement ! La population mondiale ne va pas cesser d’augmenter, il faut d’urgence trouver tous les moyens pour endiguer le chômage. Tout le monde ne pourra pas être ingénieur informatique ! »

« Moi, je veux bien, mais alors pas d’esclaves, hein ! »

« Bon d’accord ! Je vous signale qu’au train où ça va on va bientôt employer des gens à cirer nos meubles, nos souliers, à nous faire à manger, à regarder la télé à notre place, à faire nos enfants, à les élever … il ne restera qu’un autre mot à inventer que celui «d’esclaves » »

« D’accord, mais tout cela sera encadré par des contrats légaux et tous les excès seront punis. »

Laisser un commentaire