Un saint ?

« Je vais me faire béatifier. »

« Vous êtes au courant que c’est le pape qui décide d’une éventuelle béatification ? »

« Oui, mais j’ai un bon dossier. Il l’a sûrement remarqué. »

« On peut savoir ? »

« J’ai été sympa et gentil avec tout le monde. J’ai donné aux Resto. J’ai aidé autour de moi, même Dugenou qui me doit toujours 100 balles. »

« C’est peut-être un peu juste. Pour être bienheureux, il faut montrer des vertus de manière exemplaire ou héroïque. »

« Si vous croyez que c’est facile de se montrer sympa avec le patron ou offrir des fleurs à sa secrétaire Mademoiselle Patouillard. Et prêter de l’argent à Dugenou, ce n’est pas héroïque ça ? »

« Non, pas tellement. Vous avez fait ce que tout le monde fait. Moi aussi, je suis bien obligé de faire des sourires à mon patron. »

« Ah bon ? Vous donnez aux Restos aussi ? Vous aidez les vieilles personnes à traverser les rues ? »

« Tout à fait. »

« Je me trouve quand même héroïque parce que je suis gentil avec tout le monde, et l’inverse n’est pas vrai. Regardez… J’ai aidé Mollard à déménager… Eh bien, il vient de me piquer un dossier !  Figurez-vous qu’il m’a demandé pourquoi je lui faisais la gueule ! »

« Pour être béatifier, non seulement il faut faire le bien, mais il faut aussi accepter avec une égalité d’âme qu’on vous fasse du mal. »

« Bon… Si je comprends bien, je ne dois pas casser la figure à Mollard. Voilà qui tombe bien, il est plus costaud que moi. »

« En plus, vos petites histoires de bureau n’intéressent absolument pas le pape. Il faut faire quelque chose d’extraordinaire. Par exemple, partez au bout du monde pour sauver des enfants de la maladie ou de l’ignorance. »

« D’accord, mais alors il faudrait me payer l’hôtel et le voyage. »

« Vous rigolez ! Vous devez souffrir autant que ceux que vous sauvez et peut-être plus encore. »

« Alors, si on se donne du mal pour faire du bien à mon voisin de bureau, ça ne compte pour rien ? »

« Si !  Ça compte. Vous vous sentez mieux. Vous avez bonne conscience ! »

« J’aurais la conscience encore plus libre quand Dugenou me rendra mon fric. »

« Soyez généreux. Un bienfait n’appelle pas forcément un bienfait en contrepartie. Il ne faut pas attendre de récompense de vos bonnes actions. »

« C’est un peu décourageant. »

« Certes, mais vous montrerez que vous êtes fait d’un autre bois que ces misérables tâcherons cupides, égoïstes et mesquins qui vous entourent. »

« Et pour se faire canoniser, c’est compliqué ? »

Laisser un commentaire