Chez le boulanger

« Bonjour, madame la boulangère, pourriez-vous me faire une remise de 20 % sur la baguette que je vous achète tous les jours ? »

« Non, monsieur le client, ce n’est pas là l’usage commercial. »

« Alors, une remise sur les croissants, madame la boulangère. J’en prends également quotidiennement pour mon petit déjeuner. »

« Pas davantage, cher client. Si tout le monde commence à me demander des remises, nous ne survivrons pas très longtemps. »

« Parfois, le boucher dont je suis également le client, me met trois steaks hachés pour le prix d’un seul. Il y a là un geste que je vous recommande. »

« Le père Boulard fait ce qu’il veut, moi j’ai assez de clients comme ça. D’ailleurs si vous pouviez laisser passer les gens qui attendent derrière vous… »

« Bon d’accord, passez chère madame, je vois que vous avez un besoin urgent d’acheter une baguette hors de prix. »

« Si vous pouviez vous dispenser de vous adresser à ma clientèle… »

« Je ne fais rien de mal, je mets un peu d’animation dans votre magasin. Sinon, c’est lugubre, on dirait un guichet de la Sécurité Sociale…. A propos que penseriez-vous d’une remise sur les tartelettes aux fraises ? »

« C’est toujours non, le cours de la fraise vient d’augmenter. »

« Ou alors moins 10 % sur le pain au chocolat. Voilà une mesure qui vous assurerait une forte popularité dans la cour du collège voisin. Il est temps de donner un coup de vieux à votre clientèle ! »

« Justement ma clientèle de vieillards est derrière vous, si vous pouviez la laisser passer… »

« Je pourrais réorienter ma consommation vers le pain aux raisins. Avec un rabais de 5%, vous pourriez être la reine du pain aux raisins ! Je me chargerai de votre promotion… »

« … Contre une remise que je vous accorderais sur les baguettes, je suppose ! »

« Je n’osais pas vous le demander, mais enfin puisque vous insister, pourquoi pas ? Vous voyez, on peut trouver des synergies positives entre nous ? »

« Vous trouvez des synergies avec tous les commerçants du quartier ? »

« Non quand même pas. Uniquement avec les boutiques qui ont attiré mon attention par leur fort potentiel commercial. Pendant que j’y suis… Qu’est-ce que vous penseriez d’un rabais sur le gâteau que je vous achète chaque dimanche en sortant de la messe ?»

« Non plus. »

« Allons, allons, madame la boulangère. Je vous fais cadeau du carton et du petit kiki rose que vous mettez autour du gâteau dominical et on parle de -10 % entre vous et moi. »

Laisser un commentaire