Archive pour le 24 juin, 2018

J’ai réuni mes ancêtres

24 juin, 2018

« Salut mes ancêtres ! Je vous ai réunis pour vous dire que ça ne va pas du tout ! J’ai plein de défauts et c’est forcément vous qui me les avez légués. »

« Par exemple, toi, tu étais un des chevaliers de Philippe-Auguste. Qu’est-ce qui vous a pris à Bouvines en 1214 ? Vous ne pouviez pas réfléchir avant de vous lancer comme des imbéciles sur les anglais ? Vous avez pris une rouste et c’est bien fait ! Mais à cause de toi, j’ai toujours tendance à foncer avant de réfléchir ! C’est désastreux ! »

« Et toi, tu étais cardinal sous Henri IV. Je te signale au cas où ça t’aurait échappé que les ecclésiastiques n’ont pas à avoir de descendance. Je te signale aussi que ça me met très mal à l’aise quand je suis obligé de dire que j’ai un petit bout de cardinal dans mes veines. Les gens s’indignent. »

« Et toi le comte Machin ? Tu passais ton temps dans la cour de Louis XIV. Vous étiez payés à ne rien branler, à part jouer aux cartes et faire le beau. C’est une vie ça ? C’est à cause de toi que j’ai du mal à me lever le matin. Un paresseux ne fait que des paresseux ! »

« C’est toi, là… le palefrenier qui te cache, qui fut l’amant de Marie-Antoinette… C’est surement de toi que je tiens ma réputation de coureur de jupons. Forcément… quand on a un ancêtre qui a batifolé avec tout ce que la cour de Louis XVI comptait d’éléments féminins, on ne peut pas être très correct. »

« Qui est-ce que je vois là ? Un grognard de Napoléon. Je ne m’étonne plus d’avoir un caractère un peu ronchon !»

« Tiens ! Une demi-mondaine des années 1890. C’est complet ! Je ne savais pas que j’avais une grand-mère dans ce milieu-là. Ne nous étonnons pas de mes frasques à la limite de la moralité ! »

« Ah voilà du plus sérieux ! Celui qui est arrivé dernier dans le premier Tour de Fiance de 1905, à 8 jours derrière Maurice Garin. Les officiels n’ont même pas voulu te classer. C’est de toi que je tiens ma vocation de sportif raté ! Avant-dernier au marathon de Bécon-les-Bruyère ! De quoi j’ai l’air maintenant ? »

« Et l’arrière-grand père député en 1930 ? Un peu filou, l’arrière-grand-père ! Condamné pour avoir trempé dans les scandales financiers de l’époque ! Bravo ! Et comment je fais-moi, avec mes gênes de voleur et de magouilleur ?»

« Et le pépé ? Gendarme en 1950 ! Celui qui ne laissait rien passé dans son quartier ! Il parait qu’il a même été décoré ! C’est à cause de toi que je suis aussi pointilleux. Je te signale que ce n’est guère sexy. J’ai du mal auprès de mes conquêtes quand je prône l’ordre, le respect de la loi et des bonnes mœurs. Ça m’aurait arrangé que tu sois un peu plus décontracté. »

« Ah ! J’en viens à Papa ! Finalement tu as une lourde hérédité comme moi. Mais tu aurais pu éviter de passer tes soirées devant la télé avec tes copains à regarder les matchs de la ligue des champions !  Je fais la même chose et ça ne plait pas du tout à Josiane ! Finalement, si je divorce, ce sera de ta faute ! »

« Vous tous, vous vous rendez compte de ce que je vais transmettre à Jules ! »