Archive pour le 17 juin, 2018

Ce n’est pas moi !

17 juin, 2018

Monsieur le commissaire, je nie tout en bloc.

En classe, je n’ai jamais recopié mon devoir de maths, le lundi matin à huit heures moins le quart, sur celui de Dugenou, lui qui sacrifiait tous ses dimanches après-midi à écrire l’original pour tout le monde.

Non, je n’ai jamais déclaré une grave maladie, les jours de composition d’histoire. Il se trouve que malencontreusement, certains virus frappaient ce jour-là.

Non, je n’ai jamais fait semblant d’oublier mes affaires de gym pour éviter de faire quinze tours de stade ou mes affaires de piscines pour ne pas me taper dix longueurs de bassin.

Comment ? Prétendre que j’étais champion de moto-cross pour attirer l’attention de la belle Sylvie ! Comme si c’était mon genre !

Ce n’est pas moi non plus qui ai recopié un poème de Théophile Gautier pour lui faire croire que j’avais fait des vers à son intention et que j’étais, par conséquent, un grand romantique !

Moi ? Lancer un pavé dans la vitrine du Mac Do pour exprimer ma révolte d’adolescent ? Certainement pas, vous devez confondre, monsieur le commissaire. A la rigueur, je dis bien : à la rigueur, j’ai – peut-être – jeté une petite tomate sur les forces de l’ordre. Et encore, je ne suis pas sur qu’elle n’ait pas atterri sur les premiers rangs des manifestants. 

Je n’ai absolument pas conduit la voiture de mon père sans le permis que la puissance publique tardait à m’attribuer. C’est faux ! Même pour épater la belle Sylvie !

Quoi ? Qui fait courir le bruit que je me serais introduit au stade, dans la tribune des supporters, pour flanquer la pagaille ? Hein ? Il y a des videos ? Qu’est-ce que ça prouve ? Vous savez bien que tous les supporters ont le même air d’abrutis !

J’aurais envoyé mon copain Dumoulin pour pointer à ma place à Pôle Emploi ? Alors là, c’est risible ! Ce n’est pas de ma faute, si avec un bonnet enfoncé jusqu’aux oreilles, nous avons à peu près la même allure.

Comment ? Je vous aurais insulté anonymement par Internet ? En émettant des doutes sur la moralité du comportement de votre maman ? Monsieur le commissaire, c’est impossible, je ne la connais pas. Je ne saurais me prononcer sur ses habitudes.

Les pieds de cannabis retrouvés dans ma chambre ? C’est un coup monté, monsieur le commissaire. La fleuriste me les a fourgués alors que j’avais l’intention de cultiver paisiblement un rhododendron de manière à faire un exposé très intéressant en classe de sciences nat.

Les huit téléphones portables trouvés dans mon casier auraient été des portables volés ? Quelle ignominie ! Je les ai achetés à des vendeurs de rue. Oui, à un prix défiant toute concurrence ! C’est interdit maintenant de faire de bonnes affaires ?

Le croissant volé à monsieur Boulard, le boulanger… Bon, là j’avoue…. Mais je lui ai expliqué comment je faisais. C’était pour rendre service à cet honnête commerçant.