Archive pour le 14 juin, 2018

Réconciliation

14 juin, 2018

« Il faudrait que nous nous réconciliions. »

« Non, ça ne va pas être possible. »

« Et pourquoi donc ? »

« Nous ne sommes pas d’accord sur le fait que c’est vous qui avez tort. Comment se réconcilier dans ces conditions ? »

« C’est vrai, d’autant plus que c’est vous qui avez tort. »

« Nous pourrions nous réconcilier partiellement. Nous serions en paix le lundi, le jeudi et le samedi, par exemple. »

« Je préfèrerais le dimanche. Comme ça, vous pourriez m’invitera à déjeuner. Ce serait une sorte de gage de paix. »

« Le mieux, c’est que nous nous réconciliions sur des sujets à propos desquels nous sommes d’accord. »

« C’est-à-dire que si nous sommes d’accord, il n’y a pas besoin de nous réconcilier puisque nous n’étions pas fâchés. »

« C’est vrai ! Il faut se concentrer sur nos sujets de désaccord. Je vous propose d’entrer dans une phase de négociation pour examiner les conditions dans lesquelles une paix durable pourrait s’installer entre nous. »

« D’accord, nous pourrions partager les torts. On pourrait dire que j’ai à moitié tort et vous avez à moitié tort. »

« Je ne vois pas comment je pourrais avoir à moitié tort dans le fait que vous m’avez volé mon agrafeuse. »

« Pardon, pardon ! Vous avez doublement tort : d’abord d’avoir laissé trainer votre agrafeuse sur votre bureau, ensuite en prétendant qu’elle vous appartient alors qu’elle a été payée par le budget de la société. Nous sommes donc en présence d’une agrafeuse collective. »

« Pardon, pardon ! Elle m’avait été attribuée ! Je ne dois pâtir du fait que vous perdez toutes vos affaires. »

« Je suis peut-être un peu brouillon, mais moi je suis généreux : je prête mes affaires, moi ! Tenez ! Je vous prête mon agrafeuse. »

« Si je comprends bien, vous me prêtez mon agrafeuse ! »

« Bon, je propose qu’on mette en place une application qui dirait à qui appartient l’agrafeuse à un moment donné. Et pourquoi pas, le paquet de trombones que vous ne m’avez jamais rendu. »

« Très bonne idée. Voilà enfin une utilisation intelligente des nouvelles technologies. Mais il n’est pas question que je vous rende mon fauteuil. »

« Ni moi, votre secrétaire. Je vous propose donc de ne pas nous réconcilier. »

« Entendu, cher ami. Enfin un point d’accord entre nous. »