Archive pour le 5 juin, 2018

Chicane

5 juin, 2018

« Monsieur, je vais vous poursuivre en justice ! »

« Ah bon ? Qu’est-ce que je vous ai fait ? »

« Vous m’avez toisé du regard. »

« Ben… non, je vous ai juste regardé. Enfin… si je vous ai mal regardé, je suis désolé. On ne va tout de même pas se battre en duel. »

« Non, mais c’est dommage. Je vous défierais volontiers sur le champ, mais les duels sont interdits maintenant. Je n’ai pas envie d’avoir des histoires avec la police. »

« Donc, nous allons devant les tribunaux ? »

« Oui, j’ai une armée d’avocats qui vous ramèneront à la raison. Il suffit de bien les payer. C’est tout de même plus confortable qu’un duel à l’épée. »

« Tout à fait. C’est un des progrès de la civilisation. On n’est pas obligé de tuer l’autre pour avoir raison. Mais au fait, un regard de travers est-il un délit ? »

« Je n’en sais rien, mais si je veux me faire respecter, je suis bien obligé d’inventer quelque chose. »

« Vos avocats vont se trouver devant un problème : le délit de mauvais regard n’existe pas ! »

« Ah bon ? Comment puis-je vous attaquer, alors ? »

« Vous n’êtes peut-être pas obligé de m’attaquer ? »

« Si ! Je dois montrer ma puissance ! Puisque c’est comme ça, je suis navré, mais il va falloir que vous me calomniez ! »

« Je vais essayer, mais c’est difficile : vous avez une vie exemplaire. Il parait même que vous déclarez toute votre fortune aux impôts et que vous faites des dons aux nécessiteux. »

« Désolé ! Mais vous pourriez dire que je maltraite mes enfants. J’ai obligé Marie-Rose à sortir première de Polytechnique. »

« C’est dur ! Mais ce n’est pas vraiment calomnieux de répandre cette nouvelle. Pour qu’il y ait calomnie, il faudrait que je répande une information déshonorante sur votre compte. »

« Bon, alors, flanquez moi une rouste. Coups et blessures, tout de même, ça compte devant les tribunaux ! »

« C’est-à-dire que vous êtes deux fois plus costaud que moi, ça fait un peu coup monté. »

« Escroquez-moi ! Voilà un prêt deux mille euros, j’exige le remboursement immédiat. »

« Tenez-les voilà vos deux mille euros ! »

« Vous n’y mettez pas beaucoup du vôtre ! »

« Bon, allez, je vais faire un effort. Je vais vous faire la réputation d’un infâme chicaneur. Vous cherchez n’importe quelle raison pour me traîner en justice. »