Entretien d’embauche

« Il faut persévérer. »

« Qu’est-ce à dire ? »

« Une fois que vous avez commencé quelque chose, il faut aller jusqu’au bout, quelle que soit les difficultés ou votre douleur. »

« Ce n’est guère motivant. Moi, j’arrête dès que ça devient trop dur. »

« Ce n’est pas courageux ! »

« Moi, de toute façon, je n’ai pas envie d’être courageux. Quand je n’ai pas envie de faire quelque chose, je ne le fais pas et en plus je persévère dans l’idée de ne pas le faire. »

« Je parie que vous le faites faire. Eventuellement, vous payez quelqu‘un pour le faire. »

« Evidemment, nous ne sommes plus au temps de l’esclavage. Je ne vais tout de même pas laver mes vitres moi-même ! Vous devriez faire comme moi : penser à dynamiser le secteur de l’artisanat ! »

« Et vous trouvez votre attitude noble ? »

« Qu’est-ce à dire ? »

« Noble, c’est quand vous faites quelque chose de difficile de manière désintéressée, juste pour la beauté du geste. Par exemple quand vous auriez dû pardonner sa traitrise à votre collègue Dugenou qui vous a piqué le poste que vous convoitiez, alors qu’il a été tellement plus facile de lui casser la figure ! »

« Dugenou m’agaçait. Il fallait que ça se paie. Si je pardonnais à tous ceux qui m’ont volé, je serais sous les ponts. Je ne suis pas du genre à me laisser marcher dessus par des plus minables que moi et vous noterez que je persévère dans cette voie. »

« Est-ce que vous êtes généreux ? » 

« Donner sans contrepartie ? Houlà, vous n’y penser pas ! Tout ce que j’ai est à moi. Le prendre c’est me voler. Quand Dugenou a voulu me prendre l’armoire dont je n’avais nul besoin, j’ai encore été obligé de lui mettre mon poing dans la figure. Finalement, je lui ai rendu service, il faut qu’il apprenne à se contenter de ce qu’il a. Je trouve qu’il y a vraiment des gens qui manquent d’humilité. »

« Résumons-nous : vous n’êtes ni persévérant, ni courageux, ni noble, ni généreux. Vous n’avez rien d’humain. Vous n’avez pas peur de vous-même ? Vous aimez-vous ? Avez-vous envie de vous frapper ? »

« Vous n’êtes pas très juste. Je persévère dans ma médiocrité et mon arrogance. J’ai la noblesse et le courage de le reconnaître. En plus, j’ai la générosité de donner aux autres des arguments pour me détester sans aucune contrepartie ! »

« Bien votre dossier me parait parfait. Vous êtes parfaitement imbuvable. Je vous embauche donc dans un poste de direction. Vous commencez lundi. »

Laisser un commentaire