Un homme fort

« Vous êtes un peu caractériel. »

« Parfaitement, j’ai du caractère ! Je ne me laisse pas faire par des casse-pieds, moi ! Si vous croyez que vous me faites peur. »

« Je n’ai pas l’intention de vous faire peur. »

« Si monsieur, vous m’agressez. »

« Non, je ne vous agresse pas. J’ai remarqué simplement que vous êtes un peu acariâtre. »

« Et voilà. Je suis sympa, je ne vous dis rien et vous m’insultez ! »

« Je ne vous insulte pas. Je note que vous prenez la mouche pour un oui ou un non. C’est difficile de discuter avec vous ! »

« Pardon, je suis un homme ouvert au dialogue, mais il ne faut pas me la faire ! Moi, on me respecte, cher monsieur ! Je ne suis pas un mou du genou, comme certains que je ne nommerai pas ! »

« Je n’ai pas dit le contraire. »

« Peut-être, mais je préviens qu’on ne me parle pas n’importe comment. »

« Vous ne seriez pas un peu névropathe. Ou alors un maso. Un type qui se croit agressé dès qu’on le regarde. »

« C’est ça, traitez-moi d’imbécile pendant que vous y êtes. La moutarde me monte au nez. Je vous casse la figure tout de suite ? »

« Bon, calmons-nous. Nous sommes au bord du débordement de la violence. »

« C’est vous qui avez commencé ! Vous ne comprenez rien ! Je suis un homme très doux, mais on ne doit pas m’énerver. »

« Bon d’accord ! Je vous offre un verre ? »

« Vous essayez de m’amadouer pour mieux me prendre à revers ! Je ne suis pas du genre à me laisser faire par la ruse. J’en ai vu d’autres ! »

« Bon, alors qu’est-ce qu’on fait ? »

« Vous devez reconnaître avec admiration ma force de caractère et dire partout que je suis un homme qui ne se laisse pas impressionner. »

« Oui, c’est ce que je constate. Quelle force ! Je me sens bien pusillanime à côté de vous. Il faut croiser des hommes comme vous pour se rendre compte de sa faiblesse. »

« Ce n’est rien mon vieux. Il suffit de savoir se révolter dès qu’on cherche à vous dominer. »

« Si, si, j’insiste. Vous êtes un exemple ! Il vaut mieux être de votre côté, on se sent tout de suite en sécurité ! »

« C’est mieux. Si vous pouviez louer mon esprit de finesse aussi ! »

Laisser un commentaire