Archive pour janvier, 2018

Le corbeau et le renard (suite)

21 janvier, 2018

« Qui est le plus blâmable, le courtisan ou le courtisé ? Le corbeau et le renard ? »

« Pour moi le plus sympa, c’est le renard. Il n’a fait que profiter astucieusement des faiblesses maladives du corbeau ! »

« Certes, mais enfin, ce qu’il a fait, c’est techniquement un vol de fromage, c’est immoral et c’est puni par la loi. »

« Primo, la loi n’existe pas entre animaux, à part la loi du plus fort. Secundo, la loi ne règle pas tous les rapports entre êtres vivants. »

« Et la morale qu’est-ce que vous en faites ? »

« Vous trouvez morale cette façon qu’a le corbeau de se prendre pour le meilleur chanteur de tout le voisinage ? »

« La morale n’a rien à faire là-dedans. Qu’il soit le meilleur, c’est peut-être faux, mais ce n’est pas illégal de le dire. Moi, je peux prétendre que je suis le meilleur joueur de pétanque du quartier, ça ne dérangera personne. Le corbeau est comme un honnête homme, victime d’un vol. C’est tout ! »

« C’est comme ça. Il y a un domaine où la règle n’existe pas. Le jour ou le délit de prétention ou de suffisance existera, on sera tous en prison. Pour le moment, c’est le plus fort ou le plus malin qui s’impose. C’est une survivance des temps préhistoriques. »

« Si je comprends bien, pour vous, c’est l’honnête corbeau qui a tort. »

« Votre corbeau, il n’est pas honnête avec lui-même. S’il l’était, il saurait que ce n’est pas lui qui chante le mieux dans la forêt et de loin. En plus, il n’est pas très malin. »

« Vous déplacez le problème. La question ce n’est pas d’être malin, c’est que le fromage appartenait au corbeau. Point barre. Si vous êtes plus malin que moi, ça ne vous autorise pas à me voler ma machine à laver. »

« Votre corbeau est doublement idiot. D’abord de se prendre pour ce qu’il n’est pas, ensuite pour ne pas aller féliciter le renard pour sa ruse. Il aurait pu se faire que l’amour-propre du renard soit flatté et qu’une fenêtre de négociation s’ouvre. »

« Donc, vous vous êtes partisan de négocier avec un voleur ? »

« L’autre solution aurait pu être que le corbeau casse la figure au renard. »

« On peut au moins reconnaître au corbeau la modestie d’avoir compris qu’il était plus faible physiquement ! Il n’est donc pas si prétentieux que ça ! »

« C’est vrai. Lorsqu’on est le moins fort et qu’on le sait, on discute. Le corbeau aurait dû opposer sa ruse à la ruse du renard. A la rigueur, il aurait pu s’allier avec d’autres. Par exemple, payer des hommes de main pour aller reprendre son bien par la violence. »

« Euh … il faudrait d’urgence une suite à cette fable… »

« Et alors, pour vous qui est la plus blâmable, la fourmi ou la cigale ? »

La basse-cour

20 janvier, 2018

Il fait un froid de canard

Ça caille !

Chemin faisant,

Il rencontre des nids de poule,

Mais il est fier comme un paon.

Ce n’est pas une poule mouillée,

Il ne vit pas comme un coq en pâte.

Il ne sera jamais le dindon de la farce.

Et encore moins un pigeon.

Alain et Constance

19 janvier, 2018

Alain ne fait pas le malin

Cette vedette à des dettes,

Mais il a une entente avec sa tante

Et avec Constance dans ces circonstances.

Celle-ci verse des larmes et s’alarme.

C’est une bonne poire qui donne de l’espoir.

Elle se met du fard quand elle a le cafard.

Elle n’est pas nette cette minette.

Vite !

18 janvier, 2018

« Je suis hésitant. »

« Comment ça hésitant ? Il faut aller plus vite. Regardez ce que je fais, moi, je suis un homme qui va droit au but. »

« Oui, mais vous pouvez vous tromper. Le seul avantage que vous avez, c’est que vous tombez dans l’erreur plus rapidement que les autres. »

« Et alors ? Je n’ai pas peur de me tromper. Hésiter ce n’est pas très courageux, moi je suis quelqu’un de viril. Décision rapide, exécution rapide. »

« Certes, mais vous tireriez du bénéfice à comparer les avantages et les inconvénients des différentes solutions qui s’offrent à vous. Je ne sais pas si c’est courageux, mais au moins c’est intelligent. »

« C’est ça, oui. Prenez donc votre temps à réfléchir. On voit bien que vous n’êtes qu’un intello, pas un homme de décision comme moi. »

« Lorsque vous vous trompez, vous perdez encore plus de temps que je n’en passe à réfléchir. En plus, vous vous sentez légèrement coupable puisque vous n’avez pas réfléchi à ce que vous faites. »

« Et vous, c’est pire ! Quand vous vous trompez, vous le faites en ayant bien réfléchi. Vous perdez du temps deux fois. »

« Oui, mais moi je sais pourquoi je me suis planté, je n’en fais pas un fromage. Je prends le temps d’analyser les causes de mon échec et je recommence en modifiant les modalités de mon action. »

« Vous vous rendez compte de ce que vous dites ? Droit au but ! »

« Votre problème, c’est que vous bondissez sur la première solution qui passe à portée de mains, en vous fermant la possibilité d’en trouver d’autres. »

« Dites tout de suite que je suis idiot. »

« Pas forcément, mais vous vous fermez à l’innovation. C’est important d’innover, c’est ce qu’on appelle le progrès ! »

« Alors si je comprends bien, parce que je n’aime pas lambiner, je suis anti-progressiste. »

« C’est un résumé un peu expéditif, mais il y a de ça. La rapidité de décision et d’action n’est jamais une preuve d’efficacité. »

« Je vois ! Monsieur est en train de faire l’éloge de la lenteur, pour justifier sa tendance à l’inaction, voire à la paresse ! »

« Je vous dis qu’il faut prendre le temps de cerner le problème et puis d’envisager toutes les solutions, même l’inaction. Dans certains cas, ne rien faire peut être une solution préférable à d’autres plus risquées. »

« Et ma réputation de fonceur ? Vous me voyez, moi, choisir de ne rien faire ? »

Aventure en plein désert

17 janvier, 2018

Au Sahara

Sarah

Avec son ara

Se gara

Dans un trou à rats,

C’était le haras

Du para

De Lara

Sujets de conversation

16 janvier, 2018

« J’aimerais bien avoir quelques sujets de conversations pour les réunions conviviales. Je ne sais jamais quoi dire. »

« Pas de problème, je vais vous en fournir quelques-uns. Et je vais même vous donner l’essentiel de la conversation. »

1.      Les impôts.

« Il y a beaucoup trop d’impôts en France. C’est un véritable racket d’Etat. »

« Ils vont nous les baisser ! Ils vont enlever la taxe d’habitation ! »

« Alors là, je ris ! Il faudra bien la remplacer ! Et c’est encore nous qu’on va payer ! »

2.      Le temps

« Il fait froid ! »

« Oui, mais en même temps, c’est la saison. »

« Il me semble que l’an dernier, il faisait plus doux pour Noel. »

« Ah ! C’est bien vrai, j’étais en manches de chemise… »

3.      Les enfants

« Aujourd’hui, ils sont en perte de valeurs. »

« Y a que leurs écrans qui les intéressent. Je n’arrive pas à les en sortir. »

« Il me semble que notre temps, on bossait davantage à l’école ! »

4.      La télé

« On se tape de ces conneries, maintenant ! »

« Oui, en plus, on est bien obligés de les regarder, il n’y a rien d’autre. »

« Vous avez vu : ils ont supprimé la Piste aux Etoiles. »

5.      La bagnole

« Je viens de changer de bagnole. J’ai pris du neuf. En négociant bien, j’ai obtenu moins 20 % du concessionnaire. Il ne faut pas se laisser avoir. »

« Moi, j’ai eu l’entretien gratuit et un plein d’essence. »

« Remarquez l’occasion bien entretenue, ça décote moins vite. »

6.      La politique

« Tous des pourris. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. »

« Le président veut des gens exemplaires. »

« Ce qui ne les empêchent pas de se remplir les poches ! »

7.      Le foot

« T’as vu le PSG ? »

« Oui, ils vont être champions du Qatar en France. »

« Oui, mais enfin quand même… Neymar… Mbappé… »

8.      La culture

« …… »

« Il reste de la bûche ? »

Le beau Bobby est un bobo

15 janvier, 2018

A Bobigny

Bobby

Qui porte un bob,

Dit à bobonne

Qui s’est fait bobo

Qu’il va à Bobo-Dioulasso,

Pour faire du bobsleigh.

C’est un bobard.

Il s’est fichu de sa bobine.

Partageons nos soucis !

14 janvier, 2018

« Est-ce que je peux vous faire une confidence ? »

« Euh… non, je n’y tiens pas tellement. Tout le monde se confie à moi, je me demande bien pourquoi. J’en ai un peu assez. »

« Vous devriez être content, vous êtes un homme de confiance, on a envie de s’épancher sur votre épaule. Ce n’est pas si courant que ça. » 

« Ou, mais moi dans tout ça ? Si vous me parlez, il va falloir que je m’apitoie sur votre sort. En général, vos épanchements, ça n’en finit pas. »

« Oui, mais si je partage mes soucis avec vous, ils sont moins lourds à porter. Soyez un peu généreux. »

« Vous êtes le dixième de la journée. Tout le monde me file un bout de ses soucis, vous vous rendez compte ? C’est plus léger pour vous, mais plus lourd pour moi. »

« Vous voudriez peut-être que j’aille pleurnicher sur l’épaule de Dugenou qui se fout complètement de ce qui arrive aux autres ? C’est ça que vous voulez ? »

« Il est vrai que Dugenou est un homme un peu léger. On pourrait le bloquer à plusieurs quelque part et nous décharger sur lui de tous nos problèmes. Ah ! Ah ! »

« En attendant qu’est-ce que je fais ? »

« Bon, allez-y, j’espère que vous ne me dérangez pas pour rien. La dernière fois, c’était parce que vous avez rater votre gratin de pommes de terre ! »

« De quoi vous plaignez-vous ? C’était un souci léger à partager, ce n’est pas moi qui vous ai alourdi ! »

« Oui, mais ça s’ajoute au reste. Bon… Qu’est-ce que c’est aujourd’hui ? »

« C’est la mère Dumartin de la compta qui m’a confié que Dugenou drague la pouffiasse de l’accueil. »

« Et alors, c’est un souci pour vous, ça ? »

« Eh bien, évidemment ! Comment voulez-vous que je cautionne une atteinte aux bonnes mœurs. J’ai une certaine moralité tout de même. Je suis donc assez soucieuse de cette situation, je me demande comment je vais m’en tirer. Allez ! Partagez ! »

« C’est obligatoire ? Parce que je m’en fous un petit peu ! »

« Vous refusez ? Quel manque de solidarité ? Vers quelle épaule vais-je me tourner ? »

« Evidemment, vous ne pouvez pas aller dire à Dugenou que votre sens de la moralité est sévèrement blessé. »

« Ce serait bizarre. Vous voyez, il n’y a qu’à vous que je peux me confier. »

« Bon, allez d’accord, je partage ce problème avec vous : quelle canaille ce voyou ! Il piétine allégrement vos valeurs morales. Il ne se rend pas compte du désastre ! »

Un mauvais rêve

13 janvier, 2018

J’en ai marre

D’être un flemmard

Dans mon plumard.

Je fais un cauchemar.

Les homards

Et les calamars

De ma mare

Larguent les amarres

Dans un grand tintamarre.

Le loup a la grippe

12 janvier, 2018

Est le loup

Fou

Et roux

Qui a le cou

Doux

Et mou

Sans poux,

Mais pris par la toux.

1234