Archive pour le 4 janvier, 2018

Attaque-défense

4 janvier, 2018

« Je suis tout le temps sur la défensive. »

« Ah bon ? Qu’est-ce que vous craignez ? »

« Tout ! Je suis attaqué partout. Par n’importe qui. Dès que je mets les pieds dehors, je suis cerné par plein de panneaux qui me disent ce que je dois faire. Je suis obligé d’employer des manœuvres de contournement. »

« Dans l’espace public, il faut un peu de discipline. »

« C’est bien ça, le problème. Je ne peux pas faire ce dont j’ai envie. Au bureau, je ne vous dis pas, c’est encore pire. »

« Oui, mais là, l’obéissance à votre supérieur est une obligation contractuelle. »

« Vous ne comprenez pas. Je suis obligé de penser à me défendre toute la journée. L’attaque peut survenir à tout instant. »

« Et quelles armes employez-vous ? »

« Celle qui marche le mieux, c’est le ‘je n’ai pas le temps’. Il y a maintenant un modèle anglais plus performant : le ‘je suis surbooké’. Ça marche dans n’importe quelle situation. Sauf pour aller à la cantine évidemment. »

« Vous ne pouvez pas éternellement ne pas avoir le temps. »

« C’est vrai. Quand les attaquants sont trop virulents, je sors la grosse artillerie. Par exemple, le ‘c’est pas mon boulot, il faut voir Dugenou’. Dans les cas extrêmes, j’ai une très bonne défense anti-aérienne avec le ‘je ne suis pas au courant, j’étais en congé’ »

« Il y a toujours des assauts sournois qu’on ne voit pas venir. Quand on vous refile une réunion à laquelle personne ne veut aller, par exemple. »

« C’est vrai, j’ai un système de surveillance permanent, et au moment où l’ennemi croit s’infiltrer dans mes lignes, je sors le ‘quelle malchance, j’ai justement une formation importante, ce jour-là’ ! »

« Vous êtes très organisé. Et à la maison, vous n’êtes jamais débordé sur votre aile droite ? »

« Si, il y a souvent des tentatives pour me faire mettre le couvert. Mais là je déclenche un missile sol-sol à moyenne portée : le célèbre ‘Tu vois pas que je suis crevé’. Il date un peu, mais pour les attaques les plus courantes, c’est encore efficace. »

« Et pour les tentatives de vous empêcher de voir le foot à la télé ? »

« Ça, c’est une attaque frontale très dure. Je sui obligé de recourir à ma division de blindés. J’utilise le ‘pour une fois que je veux regarder la télé’ ou alors un modèle très perforant, le ‘quand tu veux voir un film, je ne fais pas tant d’histoires’. »

« Et pour les devoirs de maths du gamin que vous ne savez pas faire ? »

« Là, il faut y aller au lance-roquettes. Le ‘tu ne crois tout de même pas’ que je vais le faire à ta place’ fait très bien l’affaire. »