L’engagement

« Au début, il faut renoncer à te balader en vieux jean avec un tee-shirt taché ou un pull avec des trous. »

« On est pourtant plus à l’aise comme ça. »

« Aucune importance. En plus, tu dois lever les pieds en marchant et non pas les trainer misérablement dans des pantoufles effilochées. »

« C’est motivant ! »

« Ce n’est pas tout. Aucune vaisselle sale ne doit trainer dans l’évier. Quand tu as pris le petit déjeuner, tu laves tout. »

« Moi qui ai besoin d’aller me recoucher. »

« Et tu évites de fermer les portes de placard avec le pied en les faisant claquer. Les laisser ouvertes, c’est également banni. »

« Bon d’accord ! »

« Le frigo est un lieu stratégique. L’ordre est fondamental. On ne doit pas y voir d’aliments dont la date de consommation est passée, même d’un jour. »

« Donc il faut les ranger par date de péremption, je sais. »

« Si tu pouvais éviter de laisser trainer ton hebdomadaire sur la table basse du salon, ce serait bien également. »

« J’en ai souvent besoin pour les mots fléchés. »

« Prépare toi une liste de sujets de conversation. Sinon, tu seras accusé de ne rien avoir à lui dire, comme d’habitude. »

« C’est vrai que je n’ai pas toujours envie de parler. »

« C’est interdit. En outre, si tu ne parles pas, évite au moins d’avoir une physionomie trop immobile, ce qui peut être interprété comme une tentative de faire la gueule. »

« Je peux réfléchir de temps à autre ? »

« Pas trop. Il ne faudrait pas avoir l’air intello, ce qui est souvent pris pour une marque d’arrogance insupportable. »

« Et pour la poubelle ? »

« Bourrer le contenu avec le pied en espérant retarder le moment où il faudra la changer est un truc de célibataire. Oublie »

« Et m’effondrer sur le fauteuil en rentrant du boulot ? »

« Tu plaisantes ! Et pourquoi pas soupirer lourdement en disant que tu as passé une journée de merde pendant que tu y es. ?»

« Je peux raconter mes histoires de bureau ? »

« A la rigueur, mais arrange toi pour te donner le beau rôle. »

« Et après ? »

« Tu écoutes ses histoires à elle qui, de toute façon, sont plus intéressantes que les tiennes. »

« Et pour mes pieds ? »

« Tu te débrouilles pour les masser toi-même. Tu veux toujours te marier ? »

Laisser un commentaire