Courrier du coeur

« Vous pourriez m’envoyer une lettre d’amour. »

« Ah bon ? Un mail ou un texto, ça n’irait pas ? »

« Vous plaisantez. Je suis sûr que vous avez plein de messages pré-programmés dans vos appareils que vous envoyez à n’importe qui en appuyant sur un bouton. »

« Vous avez raison, il ne faudrait pas que je me trompe et que j’envoie un billet sentimental à mon patron. Je ne l’aime pas du tout. »

« Donc une lettre d’amour, mais pas d’onomatopées ou des phrases sans queue ni tête. Je voudrais du style, des métaphores osées, des images sublimes, bref… du littéraire. »

« Euh… c’est-à-dire que j’ai fait des études scientifiques… »

« Et alors ? Si vous êtes amoureux, vous devez savoir me décrire. N’oublions pas que je suis la femme de vos rêves. A quoi vous font penser mes yeux ? »

« Vous n’auriez pas besoin de lunettes ? »

« C’est mal parti. Quand je ferme les paupières, n’avez-vous pas l’impression de deux beaux papillons bleus prêts à s’envoler ? »

« Ah bon ? Il faut dire des choses comme ça…. »

« Bon…laissons tomber les images physiques, je sens que ça ne va pas le faire. Quand vous parlez avec moi, n’avez-vous pas l’impression qu’un courant passe entre nous ? »

« Ah si ! Je vais écrire ça. »

« Oui, mais avec délicatesse. Dites un fluide magique, par exemple. Il ne faut pas oublier de m’embarquer dans un conte de fées. »

« C’est-à-dire que lorsqu’on rédige des notes de service toute la journée, c’est compliqué. En plus, c’est moi qui écris le menu de la cantine. »

« Et votre vie, vous la voyez sans moi ? Il faudrait me rendre indispensable à la poursuite de votre existence, faute de quoi vous trouverez qu’elle ne vaut pas la peine d’être vécue. »

« C’est une menace de suicide ! Pour le moment, ça ne m’intéresse pas tellement ! »

« Ne vous inquiétez pas ! C’est juste pour me motiver. Il faut qu’à la lecture de votre lettre je sente un élan irrépressible vers vous. D’ailleurs, je vous répondrai un billet enflammé sur du papier rose. »

« Il va falloir que je fasse attention à ne pas la jeter avec les paquets de pub que je trouve dans ma boîte aux lettres. »

« Oui, et puis, il faudrait conserver aussi nos lettres pour pouvoir se les rendre quand viendra le temps de la séparation. »

« Je vous ferai remarquer que j’archive automatiquement mes mails et mes textos ! »

« Donc, on est d’accord. J’attends votre lettre, comme ce n’est ni un mail ni un texto, vous éviterez évidemment les fautes d’orthographe. »

Laisser un commentaire