Sourire

« Vous souriez tout le temps, ça ne vous fatigue pas ? »

« Oui, c’est normal, je suis un professionnel. »

« Vous pourriez m’apprendre ? »

« Il faut savoir que les sourires peuvent traduire beaucoup de sentiments différents. Pour le moment, je vous souris poliment. Sans plus. »

« Je vois ça. J’aurais préféré un sourire chaleureux, si ça ne vous dérange pas trop. Ou alors pas de sourire du tout. »

« C’est-à-dire que les sourires chaleureux sont réservés à quelques-uns de mes amis. Je peux à la rigueur vous proposer de vous sourire aimablement. Après tout, on est entre êtres humains. Et vous ? Vous souriez rarement. C’est un sourire intérieur ? »

« Non, moi je serais plutôt enclin à rigoler de temps à autre. »

« C’est un peu vulgaire. Vous devriez essayer de sourire avec finesse. C’est élégant et ça ne demande pas beaucoup d’efforts. Il s’agit juste d’étirer légèrement les lèvres sans forcément les ouvrir largement. »

« Je vais essayer de m’entrainer. Mais j’aimerais aussi avoir votre sourire dédaigneux. Vous me le vendez aussi ? »

« C’est un peu plus cher. Il faut travailler vos yeux. Un regard un peu hautain qui filtre à travers une paupière à demi-baissée. Il faut un entrainement sévère. Deux séances par semaine minimum. J’ai une formule d’abonnement. »

« Bon d’accord. Si vous pouviez ajouter le sourire malicieux, ce serait bien. »

« Je vous suggère de ne pas tout mélanger. Il serait mal venu de sourire dédaigneusement devant une personne à laquelle vous voulez faire part de votre sentiment de complicité. »

« On peut donc se tromper de sourire ? »

« Oui, c’est très dangereux. Il faut être un vrai pro. Le malicieux est proche du dédain : il faut étirer la bouche aussi, mais en retroussant légèrement les lèvres, le tout étant accompagné d’u petit regard en coin un peu coquin. »

« J’en conclus que l’on ne sourit pas seulement avec la bouche. »

« Absolument. Les grands spécialistes arrivent à sourire avec leur seul regard. Mais c’est le haut de gamme. »

« Bon, mais moi, je n’ai pas beaucoup de moyens. Vous n’auriez pas un sourire low-coast. »

« J’ai bien le demi-sourire en réserve, mais c’est pour les miséreux. Certains me demandent le sourire jaune, mais ce n’est très recommandé. Pour les milieux bourgeois, je fais aussi le sourire mielleux. Pour vous, je verrais plutôt le ‘sourire gentiment’. C’est simple et de bon goût. »

« Bon d’accord. J’essaie. La chance sourit aux audacieux. »

Laisser un commentaire