Archive pour le 13 août, 2017

Les soucis de Monsieur

13 août, 2017

« Georges, je n’en peux plus ! »

« Je vois que Monsieur est fatigué, en effet. »

« J’ai beaucoup trop d’argent ! »

‘C’est ennuyeux, Monsieur. »

«Quand je donne aux pauvres, les gens croient que je suis généreux, ça leur plait, ils redoublent d’achats dans mes magasins et le résultat, c’est que je suis encore plus riche qu’avant ! »

« Ce sont de petits coquins ! Que dis-je, Monsieur, des inconscients ! »

« Vous vous rendez compte, je ne peux me plaindre de rien ! C’est très frustrant ! J’ai été obligé de me déguiser en manant pour participer à une manif. »

« En effet, les gens ne se rendent pas compte de la frustration de Monsieur. »

« Tout le monde s’incline sur mon passage quand je sors. Je ne peux même pas stigmatiser l’indifférence de mes concitoyens comme tout le monde ! »

« C’est tout à fait intolérable. Il faudrait que quelqu’un se dévoue pour ne pas prêter attention à Monsieur. »

« Ce serait sympa. Chaque fois que je passe à la télé, c’est encore pire : j’ai des milliers de nouveaux amis dès le lendemain. »

« Quelle insolence ! Mais heureusement, la fortune de Monsieur suscite quelques jalousies ! »

« Vous êtes sûr, Norbert ? Vous ne dites pas ça pour me faire plaisir ? »

« Pas du tout, j’ai surpris un rictus de mépris quand Madame Boudingrin parlait de vous chez le boucher du quartier ! »

« Il faudrait la décorer ! Il y a tellement de gens qui me sourient. J’aimerais bien avoir leurs soucis. Je ne sais pas moi…. Une fuite dans ma salle de bains, par exemple. Le plombier qui ne vient pas… Enfin quoi…quelque chose qui m’énerve… »

« Je comprends. Je dirais au majordome d’arrêter de refaire la salle de bains de Monsieur tous les trois mois de façon à ce que nous ayons un problème. »

« Et mes douze voitures. Toujours rutilantes ! Pas une rayure qui me mettrait en rage ! Je ne comprends pas. »

« Je vais dire au chauffeur d’érafler légèrement la Maserati en la rentrant au garage. Ce sera intolérable pour Monsieur ! »

« Et faire mes courses au supermarché en pestant contre la foule. Ce serait bien, non ?»

« Je vais demander à la cuisinière Madeleine d’emmener Monsieur faire des courses le samedi après-midi, quand les magasins sont bondés. Nous pourrions peut-être organiser une longue file de clients aux caisses, spécialement pour Monsieur. »

« Merci, Georges, vous êtes précieux. »

« Monsieur pourrait donc penser à la petite augmentation dont nous avions parlé ? »