Pourquoi est-on là ?

« Où on va comme ça ? »

« Je ne sais pas. Sûrement dans le mur. Quand on ne sait pas où on va, on dit toujours qu’on va dans le mur. »

« Il faudrait commencer par se demander où on est ? »

« Je ne sais pas non plus. Quelque part dans l’univers sans doute. »

« C’est vague. Vous ne pouvez pas être plus précis ? »

« Non. Le mieux serait de se demander pourquoi on est là ? »

« Dieu seul le sait ! »

« Vous croyez que c’est à cause de Lui ? »

« Non, c’était une expression. A mon avis, il n’est au courant de rien. »

« Si encore on pouvait ne pas poser de questions, mais le pire que c’est qu’on a conscience de notre présence. C’est comme un supplice. »

« On pourrait essayer de ne pas se poser de questions. Faisons semblant de savoir parfaitement pourquoi on est là. »

« Si on a l’air de s’en foutre, ça ne va pas arranger nos affaires. Moi, je n’ai pas envie d’aller dans le mur en m’en fichant. »

« Moi, j’ai une recette : je m’abrutis de travail. Comme ça, je n’ai pas le temps de me demander qui je suis, où on est etc… »

« Moi, je ne peux pas m’abrutir de travail, je n’en est pas. Ce qui n’empêche pas d’être pris pour un abruti à Pôle Emploi. »

« Bon, j’ai une idée. Je pourrais me décharger sur vous du fait de se poser des questions métaphysiques. Lorsque vous aurez trouvé des réponses, passez-moi un mail. »

« Je vous signale que ça fait quand même 2000 ans que les philosophes se disputent à propos des raisons de notre présence sur Terre. Je préfèrerais être chargé d’autre chose. »

« Avec tout ça, je ne sais toujours pas pourquoi on est là. J’ai beau faire semblant de savoir, la question devient lancinante. Je suis miné de doutes et ce n’est pas Dugenou, mon chef de service qui va me répondre. »

« Il ne s’interroge donc pas sur le sens de son existence. »

« Non. Les chefs de services, c’est une catégorie d’êtres humains à part. Quand on en est, on ne s’interroge plus, on agit. C’est la culture du résultat, c’est un truc nouveau, ça remplace la spiritualité. »

« Les pauvres ! Tel le zèbre, ils n’ont pas conscience de leur être. »

« C’est logique, sinon ils ne seraient pas chefs. »

Laisser un commentaire