Archive pour le 30 mai, 2017

Un gamin exemplaire

30 mai, 2017

« J’ai un gamin parfait. »

« Oh ! Mon pauvre, ce n’est pas trop dur ? »

« Si, un peu ! On a l’impression qu’il est né sans écouteur sur la tête comme les autres. A 15 ans, tiens-toi bien, il connait le chemin de la salle de bains ! »

« Ne me dis pas qu’il change de sous-vêtements tous les jours ? »

« Si, et en plus, il sait très bien se servir de la machine à laver ! »

« Heureusement, il regarde des conneries à la télé ! »

« Même pas ! Le soir des matchs de Ligue des Champions, il se retranche dans sa chambre pour lire Balzac ou Zola. »

« C’est grave. Qu’est-ce qu’en pense le toubib ? »

« Rien, il est dépassé. Il n’a jamais vu ça. De toute façon, il n’a pas le temps de s’en occuper, il est obligé d’aller chercher le sien tous les trois jours, chez les flics. »

« Bon ! Pas de panique, on pourrait choisir de bonnes fréquentations pour ton gosse. Le mien par exemple, il n’y a pas de danger qu’il lise Zola ou Balzac. Ni rien d’autre d’ailleurs. »

« J’ai déjà essayé avec le fils du voisin, mais il a déclaré forfait quand mon gamin a voulu l’emmener voir une expo sur les impressionnistes. »

« Une expo de peinture !!! C’est dur. Et ta femme qu’est-ce qu’elle en pense ? »

« Elle est ravie, tu parles. Son fils l’aide à faire le ménage ! En plus, il range sa chambre, rien ne dépasse ! Un vrai désastre ! »

« Il range !!! Sans qu’on lui demande !!! Alors là, les bras m’en tombent. Le mien bouge après quinze rappels et trois menaces d’interdiction de sortie ou de manif. »

« A propos de manif, j’ai honte : j’ai un fils qui n’est jamais descendu dans la rue. Je ne lui demande même pas de se faire tabasser par les CRS, mais juste un petit bout de chemin pavé en levant le poing. Même ça, il n’y a pas moyen ! »

« Et les filles ? »

« Il y a bien Marie. Il l’a invitée plusieurs fois. »

« Ah ! Tout de même ! »

« Il lui paie une glace à la fraise et ils vont la déguster sur les bords du lac en regardant les canards. »

« C’est tout ? … C’est terrifiant ! Et toi, qu’est-ce qu’il te dit ? Vous avez des conversations ? »

« Oui, il me dit que je suis un excellent père et qu’il a bien de la chance d’être tombé sur moi. »

« Pff… C’est complet, je compatis. Moi, je n’aurais pas supporté. Si je ne pouvais pas flanquer une bonne torgnole à mon gamin, j’aurais l’impression de ne pas remplir mon rôle de père. »