Archive pour le 4 mai, 2017

Resister aux pouvoirs

4 mai, 2017

« Vous savez ce que disait Voltaire : le meilleur gouvernement, c’est celui où il y a le moins  d’hommes inutiles. »

« C’est un joli trait d’esprit, mais il exagérait un peu. Nos ministres sont tous très utiles, sinon il ne serait pas ministres. »

« On n’en sait rien, on n’a jamais essayé de vivre sans ministres. »

« Il faut bien des ministres pour faire prévaloir l’intérêt général. Ce n’est pas vous qui allez inaugurer des monuments ! »

« Ah oui, c’est vrai qu’il faut savoir couper des rubans tricolores. »

« Et prononcer des discours mobilisateurs. »

« Vous avez raison, il faut que des gens nous disent ce que nous devons faire. Comme on apprend plus la morale à l’école, il faut que quelqu’un s’en charge. »

« Vous ne seriez pas un peu anarchiste, vous ? »

« Si un peu. Je n’aime pas tellement être commandé. Je me sens toujours humilié. Mon amour-propre est bafoué quand quelqu’un se mêle de me dire ce que je dois faire. »

« Mais, mon pauvre, nous sommes tous des humiliés. Vous vous croyez libre ? »

« J’aimerais bien me sentir libre, si ça ne vous dérange pas. »

« Eh bien non, vous dépendez de votre patron qui vous donne un salaire si vous travaillez bien, des commerçants qui fixent les prix de ce que vous achetez, de la police qui vous dit comment il faut traverser la rue, du journal télévisé qui vous explique ce que vous devez penser. A part ça, bonjour votre liberté ! »

« Euh… vous avez oublié ma femme qui a un avis sur tout, mes enfants, les instituteurs de mes enfants qui me disent comment les élever, etc… Je ne vous dis pas mon stress. Je me demande comment je fais pour obéir à tout le monde sans m’énerver. »

« Faites comme moi. Faites semblant d’être très obéissant, c’est la seule manière de faire ce que vous voulez. »

« Ah bon, mais toutes ces autorités vont me sanctionner si je ne fais pas ce qu’elles me demandent. »

« Pas du tout. Le problème, ce n’est pas d’obéir ou de ne pas obéir. Le problème c’est d’avoir un répertoire de bonnes excuses pour ne pas faire ce qu’elles voulaient vous voir faire. »

« Par exemple ? »

« Au bureau, c’est très simple : il suffit de dire que c’est la faute de l’informatique qui ne marche pas. Comme votre patron n’y connait rien, il sera d’accord. Quand vous vous faites arrêter par la police, vous dites que vous n’avez pas vu le feu rouge à cause d’un camion qui passait ; lorsque votre femme vous reproche quelque chose, vous dites que c’est de sa faute à elle parce qu’elle a toujours quelque chose à vous reprocher, que ça vous stresse.. d’où vos erreurs, etc… »

« Génial ! »