Sujet d’inquiétude

« Je suis inquiet. »

« Qu’est-ce qui ne va pas ? »

« Je n’en sais rien, c’est justement pour ça que je suis inquiet. »

« Vous êtes menacé ? »

« Non, pas spécialement. »

« Vous passez un examen ? »

« Non plus. »

« Alors ? »

« Alors, vous trouvez normal de vous réveiller et de ne pas avoir de soucis ? »

« C’est plutôt bien, non ? Aujourd’hui, vous n’avez rien craindre. Profitez-en, ce n’est pas toujours le cas.»

« Ce n’est pas parce que je ne vois pas venir les ennuis qu’ils ne se cachent pas quelque part pour me sauter à la gorge. Donc je suis inquiet. »

« Mais puisque je vous dis que personne ne vous en veut. »

« Si. Par exemple, le fait que vous vous intéressiez à moi, c’est parfaitement inquiétant. D’habitude tout le monde est indifférent à mon humeur. »

« Il est vrai que d’habitude, vous avez toujours l’air inquiet, donc nous nous y sommes habitués. Mais comme vous n’avez pas de soucis aujourd’hui, nous sommes inquiets de vous savoir inquiet. »

« Si je comprends bien, dans le cas où je n’aurais pas eu l’air inquiet aujourd’hui, vous aurez trouvé ça normal et m’auriez côtoyé sans trouver mon attitude inquiétante. Vous vous fichez donc complètement des gens à l’aspect tranquille. »

« Euh… ça commence à devenir un peu compliqué votre affaire.  Vous pouvez résumer ? »

« D’accord. Le point important, c’est qu’il faut que j’aie tout le temps l’air inquiet. Ainsi, j’ai une chance qu’on se préoccupe de moi, même le jour où je n’ai aucun motif d’inquiétude. »

« Je vois : vous souffrez de l’indifférence de vos contemporains. Mais vous-même faites-vous attention à leur humeur ? »

« Non, je n’ai pas trop envie de m’inquiéter pour eux, puisqu’ils ne s’inquiètent pas beaucoup pour moi. Sauf les jours où je n’ai pas de raison de m’inquiéter. »

« Je commence à m’inquiéter pour votre état mental. »

« Tout ça parce que je m’inquiète aujourd’hui du fait que je n’ai pas de sujet d’inquiétude ! C’est moi qui suis inquiet pour vous. Vous n’avez rien compris : ne pas avoir de sujet d’inquiétude est en soi un sujet d’inquiétude ! »

Laisser un commentaire