Un pessimiste

« Je suis toujours très pessimiste sur mes projets. »

« Allons bon ! Qu’est-ce à dire ? »

« J’imagine toujours que je vais échouer, de telle sorte que je ne peux connaitre que des bonnes surprises. Si vous êtes toujours optimiste, vous vous exposez à toutes sortes de déceptions. »

« D’une certaine façon, vous êtes quand même optimiste puisque vous pensez qu’il existe encore des bonnes surprises possibles. »

« Je ne pourrais jamais être optimisme comme vous. Si vous réussissez tout ce que vous entreprenez, comment voulez-vous connaître la joie que vous procure un succès positif imprévu. Vous n’êtes pas frustré ? »

« Non, je suis assez content de croire à la réussite de ce que j’entreprends. Quand ça ne marche pas, je suis aussi content, d’une part ça montre que je suis humain et d’autre part, parce que grâce à mon échec, je vais pouvoir m’améliorer. Tandis que vous, vos échecs ne vous apprendront rien puisque vous les avez anticipés. »

« C’est vrai. Mais mes réussites, même si elles sont rares, peuvent m’apprendre quelque chose. »

« Bin… non, parce que vous penserez qu’elles sont dues au hasard ou à la chance et qu’il n’y a aucune raison pour qu’elles se reproduisent. »

« Bon, n’y aurait-il pas moyen de ne pas être pessimiste sans verser dans un optimisme béat ? »

« Je ne crois pas, parce qu’on a beau construire un projet de manière très rationnelle, on a forcément un petit pressentiment sur son issue. C’est humain. »

« Moi, mon pressentiment est toujours négatif. »

« C’est parce que vous n’avez pas confiance en vous. Il faut faire les choses avec enthousiasme, c’est un avantage supplémentaire que vous vous donnez. »

« Pfff… Si je mets de l’enthousiasme dans mes projets et que je me casse la figure, je serais doublement puni. D’abord par mon échec et ensuite parce que j’aurais fait mon malin devant les autres en disant que je vais réussir. Comme je connais Dugenou, mon voisin de bureau, il va bien rigoler. Tandis que si je dis que je vais me casser la figure et que je me casse effectivement la figure, il ne pourra pas se moquer. »

« Finalement, le mieux serait de faire ce que vous avez à faire sans faire de pronostic public sur votre échec ou votre réussite. Dans le premier cas, Dugenou ne pourra rien dire puisqu’il ignorait votre projet. Dans le second cas, il sera obligé de pousser des sifflements d’admiration. »

« J’ai déjà fait comme ça, mais Dugenou m’a reproché de ne pas communiquer sur mes projets, alors qu’il pourrait habilement me conseiller. »

Laisser un commentaire