Scénario cinématographique gratuit

C’est l’histoire d’un couple de province. Monsieur occupe une position sociale qu’on dit élevée : avocat, notaire, médecin… Il gagne assez d’argent pour faire vivre le couple confortablement.

La semaine, Monsieur travaille beaucoup. Le soir, il rentre tard : il est crevé. Madame s’occupe de la maison et éventuellement de la domesticité. Le week-end, on reçoit les « amis » ou on rend des visites. Parfois, une sortie dans une réception mondaine ou un vernissage est du meilleur effet.

Madame s’ennuie. Monsieur ne prend pas en compte son envie de montrer qu’elle peut faire quelque chose de constructif. Pour tout dire, Monsieur ne s’intéresse pas à Madame au-delà du fait qu’elle doit faire bonne figuration en société.

Finalement, grâce à un ami, Madame trouve un job créatif, par exemple journaliste pigiste. Le mari est contre, mais il sent bien qu’il doit approuver, parce que d’une part, on est à une époque où les femmes qui ne travaillent pas s’estiment méprisées et d’autre part, parce que s’il ne cède pas, Madame va lui faire toute une histoire, alors qu’il est si fatigué.

Le travail de Madame la passionne. Au début, Monsieur fait semblant de s’y intéresser pour avoir la paix. Mais les choses se corsent. Dans son job, Madame croise un bel homme qui la courtise. Elle est attirée, mais elle commence par résister. Elle dit qu’elle est mariée et qu’elle ne veut pas trahir la foi conjugale, même si elle trouve son soupirant beaucoup plus intéressant que son mari.

Monsieur finit par s’apercevoir du manège. Il s’énerve. Il savait bien que ‘tout ça’ allait mal finir. Madame proteste : il ne s’est rien passé. Monsieur lui répond que ce n’est pas l’envie qui lui manquait. Madame lui assène qu’il est parfaitement rétrograde et qu’il n’est pas question qu’il la retienne prisonnière.

Monsieur casse la figure au soupirant de Madame. Madame prend un avocat et annonce à Monsieur d’une part qu’il est complètement fou et d’autre part qu’elle demande le divorce qui sera facilité par le fait qu’ils n’ont pas d’enfant. Monsieur répond qu’évidemment qu’ils n’ont pas de gamins puisque Madame n’en a jamais voulu. Madame affirme que Monsieur est d’une parfaite mauvaise foi.

A partir de là, il y a deux solutions.

La première, c’est qu’on trouve – deux ans plus tard – Madame parfaitement heureuse dans les bras du soupirant et Monsieur, au faîte de sa gloire professionnelle, entourée d’une ribambelle de jolies femmes.

La seconde option, c’est que le soupirant est en réalité un homme dangereux. Il est rattrapé par la justice puisqu’il trempait dans toutes sortes de trafics. Monsieur, qui n’en loupe pas une, montre à Madame la légèreté de son comportement. Madame, affolée par ce à quoi elle vient d’échapper, se réfugie dans les bras de Monsieur. Ce dernier – grand seigneur – se rend compte qu’il a exagéré et qu’il faut que Madame puisse exprimer son talent dans une activité qui lui plait. Madame et Monsieur se réconcilient.

Voilà à la disposition de tous ceux qui n’ont plus d’idées, un scénario d’histoire parfaitement ringarde qui n’intéressera personne. D’ailleurs, je me suis profondément ennuyé moi-même.

Laisser un commentaire