Mégalo

« Je suis mégalomane. »

« Et ça ne vous dérange pas ? »

« Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? Dès que je rencontre une personne, je suis sidéré par sa petitesse, je me sens tout de suite supérieur. »

« Mais vous vous trompez peut-être sur la personne ? »

« Non, ce n’est pas possible, compte-tenu de mon intelligence, je ne peux pas me tromper. »

« Et si vous rencontrez quelqu’un d’encore plus mégalomane que vous, qu’est-ce qu’il va se passer ? »

« Rien, on ne va pas se parler, puisque – par définition – un mégalomane ne s’intéresse qu’à lui-même. Donc il ou elle va ne s’intéresser qu’à lui ou elle, et moi à moi. »

« Faites attention, on peut vous manipuler. Les petits sont parfois sournois : ils peuvent vous dire que vous êtes le plus grand, le plus fort pour vous contenter et soutirer un avantage de vous. »

« Ce serait assez déplaisant de sa part. De toute façon, c’est interdit. Les gens n’ont pas à se prononcer sur mes talents, je suis seul en mesure de les apprécier. »

« Plus personne ne va oser vous parler. »

« Je crois que ça vaut mieux pour tout le monde. Je n’aime pas donner l’impression d’écraser les autres, ça pourrait ressembler à de la bassesse. Et puis, toute conversation avec moi est vouée à l’échec puisque je suis complètement inculte. »

« Ah bon ? Vous êtes inculte ? »

« Oui, c’est logique. Réfléchissez un petit peu. Puisque je ne m’intéresse qu’à ce que je produis, je ne peux pas prendre en considération ce que font les autres et encore moins à admirer leur œuvre. »

« Essayez au moins d’aller voir une exposition de peinture. »

« J’ai essayé. A part les petits fours, il n’y avait rien de bon. J’ai proposé mes tableaux au propriétaire de la galerie, il n’en a pas voulu, ce qui prouve bien sa petitesse. »

« Vous vous rendez compte que vous êtes agaçant. »

« Oui ! Mégalomane, inculte et agaçant. Et alors ? Vous vous n’êtes pas très intéressant non plus. Est-ce que je vous en fait le reproche ? Non. Vous me direz que pour vous reprocher quelque chose, il faudrait que je me donne la peine d’examiner votre cas, ce qui n’est pas possible pour un mégalo. Ma mégalomanie a au moins un avantage, c’est que je vous fous la paix puisque nous ne jouons pas dans le même championnat. »

« C’est vrai. Je vous remercie de votre indulgence. »

« De rien, mais n’essayez pas de me comprendre. Moi-même, je n’y parviens pas. Alors, pour vous, c’est impensable. »

Laisser un commentaire