Un peu de volonté, que diable !

 « Dans l’ensemble, je suis assez négligé. Par exemple, je laisse traîner de la vaisselle sale dans l’évier. »

« Et vous êtes en êtes content ?  Pourquoi faites-vous ça ? »

« Je ne sais pas. C’est sûrement la faute de mon inconscient qui ne peut s’empêcher d’imaginer qu’un phénomène mystérieux va se produire dans la cuisine, tel qu’un bol usagé dans l’évier se transforme en bol propre soigneusement rangé, sans la moindre intervention humaine. »

« Votre inconscient a beaucoup d’imagination. »

« Oui, il ne s’en fait pas trop. C’est comme mon aspirateur qui refuse systématiquement de se propulser sous les meubles, là où la poussière ne se voit pas. »

« En effet, c’est un coquin ! »

« Et puis, il y a ces vitres qui restent maculées, très contentes d’elles-mêmes. Tant qu’on peut voir à travers, elles ne comprennent pas pourquoi elles devraient s’auto nettoyer. »

« Je compatis. »

« Vous avez raison, voilà trois mois que ma bagnole ne va pas à la révision toute seule. Vous comprenez : il faut prendre rendez-vous, la facture va être salée, tout ça… »

« Oui, oui, je comprends, votre voiture est débordée ! »

« Absolument. Personne ne m’aide. Le plat à gratin, je ne peux plus le voir, il fait exprès de rester encrassé, mes souliers ne se cirent pas, dans la salle de bains les résidus de cheveux ne disparaissent pas. Ils pourraient tout de même se prendre en mains et s’éliminer eux-mêmes. Un vrai complot. Comment voulez-vous que je sois soigneux dans ces conditions ? »

« Bon, mais tout ça vous laisse du temps pour faire des choses intéressantes. »

« Même pas ! Tout le monde se ligue contre moi. Je m’efforce de faire du sport : foot à la télé, marche jusqu’à la boulangerie, escalier du salon à ma chambre… Eh bien, il n’y a pas moyen, mes abdominaux refusent de prendre la position tablettes de chocolat ! »

« Vous êtes sûr d’avoir de la volonté ? »

« Bien entendu ! Ce n’est de ma faute, s’il faut boire un coup avec le facteur, puis un verre en arrivant au bureau, un autre à midi, faire un crochet au bistrot pour voir les copains, prendre l’apéro, tout est fait pour que ma femme me reproche de picoler. Ce serait quand même plus facile si l’alcool ne rendait pas les gens complètement bourrés. J’ai l’air de quoi ? »

« Il parait que vous allez embaucher une femme de ménage. »

« Ah bon ? Elle ne peut pas s’embaucher toute seule ? »

Laisser un commentaire