Dugenou a des problèmes

« Pour qui vous prenez vous ? »

« Je ne suis que moi-même. »

« C’est bien ce que je pensais : vous avez une haute opinion de vous-même. Arrêtez tout de suite ! »

« Bin, non. Je ne peux pas. J’ai suivi un stage pour apprendre à m’aimer. »

« C’est réussi ! »

« Donc, vous voyez je ne prends pour personne d’autre que moi-même. »

« Pardon, pardon…. Si vous réussissez à vous aimer, c’est bien que vous vous estimez supérieur à moi, puisque, moi, je n’arrive pas à vous aimer. »

« C’est là, le problème. Le fait que vous ne m’aimiez pas n’est pas très important. »

« J’en étais sûr. Voilà que vous affichez du mépris pour mes sentiments ! Vous n’avez aucune considération pour l’affection que je ne vous porte pas. »

« Je voulais vous dire que vous auriez intérêt à suivre le stage pour vous aimer vous-même. Après quoi, nous pourrions nous aimer réciproquement, puisque nous serons en paix avec nous-même. »

« Si je comprends bien, vous qui avez fait le stage, vous aimez tout le monde. J’en étais sûr : vous vous prenez pour le Bon Dieu ! Il ne manquait plus que ça ! »

« Je ne suis pas le Bon Dieu. Je suis un homme équilibré qui connait sa juste place et qui entretient des rapports confiants avec les autres. »

« C’est encore pire ! Vous faites votre malin ! Genre : je n’ai pas de problème ni avec moi-même, ni avec les autres. Vos certitudes m’exaspèrent. »

« Je suis désolé de vivre sereinement »

« Vous n’avez rien à partager avec les autres. Comment voulez-vous partager votre sérénité ? On ne peut pas colporter des racontars sur votre dos. Finalement vous êtes très ennuyeux. Moi, je préfère mes problèmes existentiels. »

« C’est vrai que tout le monde dit que vous êtes insupportable en collectivité. »

« C’est quand même beaucoup plus sympathique que votre calme apparent. Je suis une espèce de résumé des difficultés de vivre. En me regardant, chacun peut réfléchir à son propre mal-être ! »

« Je suis d’accord. Vous avec un avantage sur moi : c’est que vous montrez tout ce qu’il faut faire pour être mal dans sa peau. »

« Vous voyez que nous avons tous les deux le même intérêt. Moi, je ne m’aime pas beaucoup, et vous vous pouvez dire aux gens qui se sentent pas bien : faites attention sinon vous allez finir comme ce pauvre Dugenou ! »

Laisser un commentaire