Archive pour le 14 juillet, 2016

Dugenou et La fontaine

14 juillet, 2016

« On a beau dire, je crois que La Fontaine avait tout compris avant tout le monde. »

« Ah bon ? »

« Par exemple, il a compris que pour obtenir quelque chose, rien ne valait mieux que le léchage de bottes. C’est la stratégie qu’applique Dugenou auprès de la direction pour passer chef de service. »

« C’est vrai, mais il a dit aussi : travaillez, prenez de la peine. »

« C’est ce que je dis tous les jours aux secrétaires ! Il avait donc raison. »

« C’est tout ce que vous retenez de La Fontaine ? »

« Non, il a démontré aussi qu’il valait mieux plier que s’opposer. C’est exactement le style de Dugenou. Il fait semblant de se conformer aux ordres de la direction pour ne pas l’affronter directement, et puis après, il se débrouille pour faire ce qu’il veut. »

« C’est un peu cynique comme interprétation du Chêne et du Roseau. »

« Pas du tout, c’est ce qu’il a écrit. Il a aussi dit que la raison du plus fort est toujours la meilleure. C’est un précepte que Dugenou applique sans faillir : quand il y a un conflit, il se met systématiquement du côté de la direction. »

« Vous croyez que Dugenou a lu tout La Fontaine ? »

« Ça ne m’étonnerait pas de lui. Dès qu’il y a une nouveauté, il se tient à l’écart pour ne prendre aucun risque. On retrouve là encore un dicton de La Fontaine : prudence est mère de la sureté. »

« Mais enfin votre Dugenou, vous pourriez essayer de dialoguer avec lui. »

« Peine perdue ! Il n’écoute rien en vertu du principe du même fabuliste : ventre affamé n’a point d’oreilles. Comme il est affamé de pouvoir, on ne peut pas discuter avec lui ! »

« Qu’est-ce qu’il pense de tout ça, Dugenou ? »

« Il dit toute la journée qu’il va être nommé chef de service. »

« Répondez-lui qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! »

« Et si on l’énerve en lui reprochant son arrivisme, il cite La Fontaine en clamant qu’en toute chose, il faut considérer la fin ! »

« Faites comme Dugenou : louer les Dieux, les maîtresses et leur roi. En d’autres termes, le Bon Dieu, la maîtresse du patron et le patron en personne. »

« Je ne suis pas très doué pour fayoter, surtout auprès de Dieu »

« Ne vous inquiétez pas. La Fontaine disait aussi que ce sont les gens qui ne font pas de bruit qui sont dangereux, les autres, ceux qui la ramènent trop sont de grands enfants et puis il écrivit aussi : laissez dire les sots. »

« Bon, il va falloir que je le relise. La Fontaine était un grand manager «