Archive pour le 7 juillet, 2016

Le principe de l’échelle

7 juillet, 2016

« Je reconnais humblement votre supériorité. »

« Vous n’en êtes pas un peu déçu ? »

« Pourquoi serai-je déçu ? Vous êtes plus fort que moi, donc vous êtes en haut de l’échelle. Moi, je suis en bas. Pour qu’une échelle est un haut, il faut qu’elle ait un bas. »

« Cela doit être très blessant pour votre amour-propre. »

« Oui, mais je pense à ceux qui sont encore plus bas que moi. J’ai de la peine pour eux. »

« Vous n’avez pas compris. La règle sociale, c’est la performance et vous devez tout faire pour améliorer vos performances. Il faut que vous fassiez mieux que les autres. On ne vous demande pas de les aimer. C’est ce qu’on appelle l’émulation. C’est ce qui permet à la collectivité de progresser. »

« Mais vous vous êtes heureux en haut de l’échelle ? »

« Ce n’est pas le problème. Je domine tout le monde grâce à mes efforts exceptionnels, j’ai un sentiment de toute puissance assez gratifiant, mais je ne sais pas si c’est ça le bonheur. Mes parents ne m’ont rien dit à ce sujet. La télé non plus. »

« Et si on supprimait la performance ? »

« Ce n’est pas possible. Je ne pourrais plus dominer qui que ce soit. Mon système de valeurs s’effondre. Le vôtre aussi, vous vous retrouverez au même niveau que moi, alors que j’ai des qualités supérieures au vôtre. Vous serez très gêné. »

« Bon, alors, je vais faire des efforts pour grimper l’échelle jusqu’à votre niveau. Vous avez l’air sympathique. »

« Eh ben, voilà ! Mais moi, je suis en train de faire des efforts pour atteindre le niveau de Dugenou, si bien que lorsque vous serez à mon niveau, je n’y serai déjà plus. »

« Si, je comprends bien, c’est une course-poursuite qui n’en finit pas. Et vous croyez que je vais me réaliser pleinement dans ces conditions ? »

« Tout le monde s’en fout. Il faut que chacun joue au jeu de l’échelle, sinon tout va à vau-l’eau ! Vous ne voudriez pas être un fauteur de troubles sociaux. »

« Si ! Par moment, ça me fait envie. »

« Je vois ce que c’est : encore un révolutionnaire qui rêve de démocratie et de pouvoir rendu au peuple ! L’égalitarisme ! Plus aucune raison d’écrabouiller les autres pour être le premier ! Le bordel et le déclin ! C’est ça que vous voulez ? »

« Non, mais on pourrait trouver une place intéressante pour chacun dans la société. »

« Quoi ? Vous voulez vous intéressez à ce que vous faites ? Si tout le monde faisait comme vous, vous vous rendez compte où on irait ? La seule satisfaction que vous devez avoir, c’est de grimper un barreau de plus dans l’échelle sociale. »

« Ne serait-ce une satisfaction un peu animale ? Tel le chat qui cherche à monter le plus haut possible ? »

« Si ! Mais j’ai oublié de vous dire : on est tous des animaux. »