Archive pour le 29 mars, 2016

Calendrier chargé

29 mars, 2016

« J’aime les périodes de l’année où il ne se passe rien. »

« Ah bon ? C’est comment les périodes pendant lesquelles il se passe quelque chose ? »

« Le pire, ce sont les fêtes de fin d’année. Je me demande pourquoi on parle de ‘fêtes’, alors que c’est une vraie corvée. Il faut faire des cadeaux, réveillonner, visiter les uns et les autres, se réjouir du changement d’année. On se demande bien ce qu’il y a d’intéressant. »

« Bon, mais ça ne dure qu’une semaine… »

« Il y a pire. En février, il faut s’embarquer pour aller au ski. Si vous n’allez pas une semaine à la neige, vous n’êtes qu’un handicapé social. »

« C’est sympa la montagne. Le grand air, les soirées raclette… »

« Une journée passée sur la route à batailler avec vos chaines, les spaghettis tomates à l’arrivée, la queue au tire-fesses… Enfin ça, ce n’est rien, parce que lorsque vous revenez, il faut préparer les vacances d’été… »

« Vous n’êtes jamais content. Pourtant quand Pâques arrivent, les beaux jours sont en ligne de mire… »

« Les ennuis aussi : il faut aller déjeuner chez ma belle-mère à la campagne, il faut tondre ma pelouse, nettoyer les meubles de jardin… »

« Bon, je suppose qu’il vaut mieux ne pas vous parler de vos vacances d’été ! »

« Et des dix heures passées sur l’autoroute surchauffée… Et des inconnus qui s’étalent sur votre serviette à la plage… Merci bien… »

« Et après ? »

« Après, c’est septembre et l’ambiance de rentrée des classes, c’est le pire. J’ai toujours eu le moral dans les chaussettes en septembre. »

« Heureusement, arrivent le mois d’octobre et de novembre pendant lesquels vous êtes tranquille. »

« Pas du tout. Il faut se coltiner la Toussaint, les visites au cimetière, les chrysanthèmes… Vous trouvez ça bon pour ma santé mentale ? Je vous passe Halloween et les horreurs qu’on croise dans la rue ! »

« Bon… alors vous êtes content quand ? »

« Entre le 4 mars à 10 heures et le 4 mars à 18 heures, il y a comme une éclaircie dans mon ciel, j’ai comme l’impression d’être heureux sur Terre. »

« Ce n’est déjà pas si mal que ça. »

« Il y a aussi le 21 juin entre 21 heures et 23 heures 30 quand j’entends quelques notes de musique par la fenêtre. Juste avant de m’endormir. J’ai comme le sentiment qu’il y a une vraie vie quelque part. »