Archive pour le 15 mars, 2016

Une histoire de loups

15 mars, 2016

« Vous hurlez avec les loups, vous ? »

« Evidemment, c’est bien plus pratique que de hurler tout seul. Quand vous hurlez à plusieurs, vous êtes tranquille : personne ne sait que c’est vous ! »

« C’est quand même un petit peu lâche, vous ne trouvez pas ? »

« Si ! Et alors ! Moi quand je manifeste dans la rue, c’est pour exprimer mon mécontentement, ce n’est pas pour me faire repérer et casser la figure par un CRS un peu trop zélé. »

« Mais, les loups n’ont pas forcément raison. Ils ne sont même pas forcément d’accord entre eux ! »

« On s’en fout ! L’essentiel, c’est de hurler pour faire peur aux gens et au pouvoir en place. On hurle, on fout le feu, on casse des vitrines…. Et après on voit venir ! »

« Bon d’accord, vous avez des revendications légitimes, mais si tout le monde en fait autant : profs, médecins, notaires, ouvriers, employés… On casse tous les jours. »

« Absolument. Mais il n’y a pas que dans la rue qu’on peut hurler avec les loups, on peut aussi très bien faire ça à la télé. »

« Comment ça ? »

« Oui à la télé, tout le monde dit la même chose. Il suffit de dire comme tout le monde pour être invité. C’est ça la magie de la meute de loups, non seulement vous n’êtes pas inquiété, mais vous êtes honoré puisque vous rouspétez comme tout le monde. »

« Parfois, un loup solitaire pourrait avoir une idée originale… »

« Oui, mais il a a priori tort puisqu’il est solitaire et ne peut donc pas hurler. En plus, si par hasard il est entendu, on sait que c’est lui, donc on peut facilement l’interpeller et lui casser un peu la figure. »

« Allons, allons ! Au lieu de hurler, on pourrait avoir une discussion intelligente entre individus cultivés. »

« Une discussion intelligente ? Vous avez déjà vu des loups se réunir dans un salon, fumer un petit joint, un petit verre d’alcool entre les mains, entamer une controverse de haut niveau sur un ton feutré ? »

« J’avoue que c’est un peu bizarre comme image. Ceci dit, nous ne sommes pas des loups. »

« Si ! Comme disait l’autre : l’homme est un loup pour l’homme ! »

« Ce n’est qu’une métaphore. Le progrès de la civilisation consiste justement à substituer des rapports apaisés aux relations conflictuelles et un peu bestiales. »

« Très bien. Alors au nom de la civilisation, je vous demande de manière apaisée une augmentation de mon pouvoir d’achat de 10%. »

« Euh… je vous préférais quand vous hurliez avec les loups… »