La grande question

« Je suis déçu. »

« Déçu de quoi ? »

« De la vie, je m’attendais à mieux. A quelque chose qui pétille. Pour le moment, ça ne pétille pas terrible. »

« Comment ça ? »

« Je ne suis pas un être vivant, je suis un être évalué : à l’école, au boulot, comme mari, comme amant, comme père, comme consommateur… ça n’en finit pas. »

« Et alors ? C’est bien. On vous dit où vous en êtes, ça vous donne une marge de progrès et un sens à votre existence. »

« Eh ben, non. Moi, j’aurais voulu me réveiller chaque matin en me passionnant pour ce que je vais faire dans la journée. Mes marges de progrès, je m’en fiche un petit peu. »

« Pour accéder à une vie intéressante, il faut faire des efforts. »

«Alors, non seulement personne ne m’a demandé mon avis avant de me poser sur Terre, mais en plus, il faut que je me débrouille pour y rester. »

« C’est à peu près ça. »

« Il n’y a pas un endroit où je pourrais voter contre ? »

« Non, on ne vous demande pas votre avis, non plus. Vous devez faire des efforts, c’est tout ce qu’on vous demande. »

« Bon, alors je vais aller boire un coup. »

« Non plus. Vous irez boire quand vous aurez bien travaillé pour améliorer votre score de salarié, de mari, d’amant, de consommateur, etc… »

« Euh… je ne serais pas pris pour un gamin par hasard ? Ou alors pour l’âne qu’on fait avancer en lui tendant une carotte. »

« Si, si ! Mais comment voulez-vous que ça fonctionne autrement ? »

« Je ne sais pas, moi… Je serais mis en liberté, j’aurais du temps pour faire ce que je veux, personne ne me demanderait des comptes… »

« Bon, là  vous êtes un citoyen dangereux, je pense qu’il faut faire intervenir les forces de l’ordre. Vous ne respectez rien ! Et en plus, vous me faites perdre mon temps, ce qui diminue mes performances de citoyen. »

« Bon d’accord, je vais m’appliquer à faire des efforts. Pour être récompensé d’une carotte, on s’adresse à qui ? Il y a un bureau spécialisé ? »

« Non. Quand vous faites des progrès pour être meilleur, vous trouvez en vous-même les motifs de satisfaction. »

« Ah bon ? »

Laisser un commentaire