Archive pour le 31 décembre, 2015

Le nouveau programme politique

31 décembre, 2015

« Qu’est-ce que je pourrais bien leur promettre pour qu’ils m’élisent ? Une hausse des salaires ? »

« Ce n’est pas crédible. Tout le monde sait que les affaires vont mal et qu’il n’y a pas d’argent dans les caisses. Et puis, une hausse des salaires, ça n’intéressera pas vraiment les chômeurs. »

« Ou alors une baisse des prix ? »

« Non plus. Vous allez les priver d’un motif de pleurnicherie. Les prix grimpent, c’est un fait admis comme Noël est au 25 décembre. Il ne faut pas aller contre des contre-vérités qui sont devenus des légendes. »

« Et la baisse du chômage ? »

« Trop dangereux. Avec la parution mensuelle des statistiques, vous allez être critiqué tous les mois ! »

« De l’amour pour tout le monde ? »

« C’est déjà mieux. Il n’y a pas de chiffres mensuels sur le problème. Le problème, c’est que ça ne dure pas. Au bout de deux ou trois ans, les gens vont être déçus et ce sera encore de votre faute. »

« Je ne peux tout de même pas leur refaire le coup de la poule au pot. Henri IV a déjà épuisé le sujet. »

« Ouais…. Finalement est-ce bien utile de promettre quelque chose ? Vous pourriez vous contenter de dire que vous les comprenez et que vous allez faire ce que vous pouvez. La perfection n’est pas de ce monde, mais vous les assurez de votre bonne volonté. »

« Un programme électoral honnête ? Vous n’y pensez pas. Mes adversaires politiques vont en profite pour se marrer. »

« On ne sait jamais. L’honnêteté est une valeur morale qui peut vous porter jusqu’au triomphe. Certes, ça va surprendre un peu… »

«C’est vrai que je serai le premier à être élu avec un programme complètement vide.  Je suis tenté. Je pourrais ajouter que je ne promets rien, comme ça je tiendrai tout. »

« Et puis, ça vous permettra de critiquer tranquillement les propositions des autres. Même si elles sont excellentes, vous pourrez affirmer benoîtement que personne ne tiendra ses promesses comme d’habitude. Tandis qu’avec vous, ça ne risque rien. »

« Ils vont me demander comment j’entends mettre en œuvre mon programme vide ? Avec quel parti politique ? »

« Dites que vous êtes pour l’union des forces démocratiques. En général, ça suffit. S’ils insistent, ajoutez que vous êtes un homme de rassemblement. »

« Je vais essayer, mais je ne vous promets rien. »